Le Pow wow de Pessamit, haut en couleur et en rituels

Par Daniel Naud 11:18 AM - 01 août 2022
Temps de lecture :

Les danseurs de tête, Mélissa Crépeau et Stéphane Mapachee, lors du défilé de la grande entrée.

C’est en fin de semaine que se tenait le traditionnel Pow wow de Pessamit qui, comme le veut la coutume, a été une festivité chargée de sens. Les danseurs, dans des tenues garnies de plumes et aux couleurs flamboyantes, ont séduit les spectateurs, au rythme des tambours dont la sonorité anime les corps.

C’est sous le thème « Nouvel horizon » que s’est ouvert le Pow wow de Pessamit, rassemblant des participants de plusieurs nations à travers le Canada, ainsi que de nombreux spectateurs.
Selon la page Facebook de Yan Riverin, directeur du secteur culture, sports et vie communautaire de Pessamit, les Premières Nations du Canada ont vécu des évènements forts traumatisants au cours des dernières années. Et pour que leurs enfants puissent se diriger vers de nouveaux horizons, la communauté veut leur transmettre les valeurs ancestrales de résilience, de force et de grand cœur. D’où le choix du thème.
Bien qu’un des buts de cet évènement culturel soit festif, il ne faut jamais oublier le sens sacré qui s’y rattache. « Ce que les gens doivent savoir, c’est que chaque danse a une signification très précise et les danseurs de chacune d’elle le font pour une croissance intérieure. Le Pow wow traditionnel, comme ici, c’est un rassemblement de guérison », précise M. Riverin.

L’ouverture officielle débute par une cérémonie et l’entrée protocolaire des dignitaires, des invités spéciaux et des danseurs dans l’arène, cercle central sacré. Les régalias, costumes traditionnels, sont conçus par les danseurs eux-mêmes et décorés en fonction de la danse correspondante : danse de l’herbe, des clochettes, des châles, etc.
Lorsque les festivités sont bien lancées, le public est invité dans l’arène afin de participer aux danses communes, toujours sous les coups de tonnerre rythmés des joueurs de tambours et des vocalises rituelles.
Des kiosques de restauration et d’objets d’art étaient installés sur le site ainsi que des tentes de purification, et ce, dans la plus pure tradition innue.

Les spectateurs ont été invités à se joindre à certaines danses, ce que plusieurs ont fait avec enthousiasme.


Avec 2 500 visiteurs, plus de 150 danseurs, plus d’une dizaine de nations présentes et des gens venus d’aussi loin que le Maine, la Saskatchewan et la France, M. Riverin assure que c’est un succès sur toute la ligne.

Partager cet article