Les Port-Cartois se mobilisent pour conserver la plage Rochelois

Par Vincent Rioux-Berrouard 11:02 AM - 01 juin 2022
Temps de lecture :

La plage Rochelois à Port-Cartier.

Les citoyens de Port-Cartier se rassemblent sur les réseaux sociaux pour faire connaître leur désapprobation face au projet de stabilisation de la plage Rochelois. Après seulement quelques jours d’activités, la page « Sauvons la Plage Rochelois » compte près de 800 membres.

La Ville de Port-Cartier veut effectuer des travaux qui viendrait changer l’aspect de cette plage de sable. Ce projet est rendu nécessaire par l’érosion côtière qui touche ce secteur et qui pourrait menacer les résidences.

Plus d’une cinquantaine de personne ont fait connaître leurs réticences face au projet, lors d’une séance d’information du BAPE tenue le 25 mai.

Un groupe Facebook portant le nom de Sauvons la Plage Rochelois est maintenant au cœur d’un mouvement. C’est une citoyenne de Port-Cartier vivant à deux minutes de plage, Mélanie Jean, qui est l’initiatrice de la page.

Pour elle, il est important de conserver cette plage de sable situé en plein milieu de la ville.

« La plage Rochelois, ce n’est pas juste une plage, c’est un lieu de rassemblement. De plus, c’est un attrait touristique incontournable. Il est donc important que la Ville conserve telle quelle la plage », affirme Mme Jean.

Mélanie Jean espère, avec la page Facebook inonder les réseaux sociaux avec le Hashtag SauvonslaplageRochelois.

« Je veux que les gens sachent à quel point cette plage est importante pour les résidents de Port-Cartier. Plus on va avoir de gens qui vont embarquer, plus j’ai l’impression que ça va mettre de la pression sur la Ville pour qu’elle comprenne qu’on ne veut pas de ce projet », dit-elle.

Les gens y sont incités à publier un égoportrait à la plage Rochelois. De plus, il est possible de signer une pétition qui s’oppose au projet. Déjà 450 signatures avaient été recueillies, au moment d’écrire ses lignes.

Rappelons que la population a jusqu’au 6 juin pour déposer une demande de consultation publique ou de médiation au BAPE.

Partager cet article