Un centre culturel en l’honneur des survivants de pensionnats verra le jour à Mani-utenam

Par Emy-Jane Déry 4:47 PM - 09 septembre 2021
Temps de lecture :

Site de l’ancien pensionnat à Mani-utenam.

Dans un effort de réconciliation, Hydro-Québec supportera financièrement un projet de centre culturel à Mani-utenam, en l’honneur des survivants des pensionnats et de leurs descendants.

Après les recherches sur le site de l’ancien pensionnat Notre-Dame à Mani-utenam, ITUM compte construire un centre culturel, près du site, pour honorer les survivants.

« Ce sera un vecteur de la promotion, de la transmission et de l’expression de la culture innue, incluant la langue, le mode de vie en lien avec le territoire ainsi que l’artisanat, permettant ainsi d’assurer la survie de notre culture millénaire, alors que ce site était autrefois destiné à détruire l’Indien dans le cœur de l’enfant », a affirmé ITUM dans un communiqué.

Les esquisses du bâtiment seront dévoilées le 30 septembre, dans le cadre la Journée nationale de la Vérité et de la Réconciliation.

Une main tendue

En plus de supporter financièrement le projet de centre culturel, Hydro-Québec fera de même pour la solidification de la Chapelle du Sacré-Cœur à Uashat et la création d’une capsule vidéo pour la journée du 30 septembre.

ITUM indique prendre acte de la volonté de réconciliation de la présidente d’Hydro-Québec, Sophie Brochu.

Cette dernière a fait parvenir une lettre au Chef Mike Mckenzie le 31 août, suite à un échange tenu avec lui en juin.

« Malheureusement, les désaccords des dernières années, et plus particulièrement les litiges en cours, nous ont trop souvent éloignés les uns des autres, en plus de polariser l’opinion publique au sein de votre communauté. Hydro-Québec est profondément préoccupée par cette situation », peut-on y lire.

Mme Brochu y indique que le moment est venu de « rebâtir les ponts » et de « souligner un nouveau départ au moyen de gestes concrets ».

C’est dans ce contexte que la société d’État financera les trois projets d’ITUM.

De son côté, le conseil de bande dit s’engager à « examiner la possibilité de créer un nouvel espace de dialogue constructif » et à mettre sur pause pour six mois les dossiers litigieux en cours avec Hydro-Québec.

« Considérant les impacts négatifs, le ressentiment et la division causés au sein de notre communauté par des conflits historiques, y compris de nombreuses procédures judiciaires avec Hydro-Québec, un geste concret et significatif devait être posé par la nouvelle présidente, et ce, avant même d’ouvrir un dialogue entre les Innus et Hydro-Québec », a commenté le Chef Mckenzie.

« L’engagement d’Hydro-Québec envers notre communauté nous permet maintenant d’entrevoir une relation plus harmonieuse et constructive », a-t-il expliqué.

Partager cet article