Attention aux orignaux qui sortent du bois

Par Charlotte Paquet 12:03 PM - 04 juin 2021
Temps de lecture :

À ce temps-ci de l’année, une présence accrue d’orignaux est observée le long des routes ou carrément sur la chaussée. Sur cette photo prise récemment, on aperçoit ici une femelle et son petit dans le secteur de la rivière Papinachois. Photo Reina Savoie-Jourdain

Les risques de croiser un orignal aux abords des routes de la Côte-Nord augmentent à ce temps-ci de l’année, d’où l’appel à la prudence lancé aux automobilistes par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Même si l’observation de cervidés dans le secteur de la péninsule Manicouagan a souvent fait la manchette au cours de la dernière année, c’est partout sur le territoire que les gens sont susceptibles de remarquer leur présence sur l’accotement ou carrément sur la route.

Depuis le 1er janvier 2021, 13 signalements ont été rapportés sur la Côte-Nord par l’entremise du numéro 511, précise Caroline Rondeau, conseillère en communications à la direction régionale du MTQ. De plus, huit collisions avec un orignal ont également été comptabilisées depuis le début de l’année.

En général, c’est au printemps et à l’automne que les signalements de présence d’orignaux sont les plus nombreux.

Quoi faire?

Au ministère, on rappelle que le fait d’apercevoir des orignaux à proximité peut distraire les conducteurs et occasionner un accident.

Parmi les conseils pour faire face à ces risques, il est question du respect des limites de vitesse et de la vigilance dans les secteurs où se trouvent des panneaux de signalisation reliés à la présence d’originaux.

L’aube et le crépuscule sont les moments de la journée les plus propices à la présence de cervidés tout près de la route, tout comme la nuit. Si on le soupçonne, il faut évidemment ralentir, car il s’agit d’animaux nerveux et imprévisibles qui peuvent surgir très rapidement sur la chaussée, prévient encore le MTQ.

Enfin, il est conseillé de ne jamais faire de manœuvre brusque pour tenter d’éviter un orignal au dernier moment, car un accident plus sérieux peut être provoqué. Lorsque la collision semble imminente avec la bête, il est conseillé de ralentir et freiner progressivement.

Partager cet article