Santé : opération de tapissage d’autocollants « En grève »

Par Charlotte Paquet 8:46 AM - 04 juin 2021
Temps de lecture :

On aperçoit ici la façade de l’hôpital de Baie-Comeau tapissée d’autocollants au message explicite sur les intentions du syndicat. Le même moyen de pression a été mené à Sept-Îles et à Port-Cartier.

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des services paratechniques auxiliaires et de métiers (STT-SPAM) de la Côte-Nord ont tapissé d’autocollants, portant le message « En grève », des établissements du réseau de la santé à Baie-Comeau, Sept-Îles et Port-Cartier, mercredi, dans le cadre de leurs moyens de pression pour faire avancer les négociations en cours.

Comme l’a indiqué le président du syndicat affilié à la CSN, Robert Blais, par cette action, ses 1 200 membres sur la Côte-Nord, qui oeuvrent notamment dans les services alimentaires, de buanderie e, d’entretien ménager et comme préposés aux bénéficiaires, souhaitent avertir la population que si le gouvernement demeure intransigeant sur les salaires, la grève sera inévitable.

« Les gens s’attendent à des hausses de salaire qui refléteront tous les efforts qu’ils ont consentis pendant la pandémie », a poursuivi M. Blais. Les travailleurs réclament des hausses de 2 $ de l’heure la première année de leur nouvelle convention collective et de 1 $ pour les deux années subséquentes. Au début des négociations, c’était plutôt 3 $ la première année et 1 $ les deux autres années.

Ils refusent une bonification basée sur un pourcentage. « Nous, on réclame un montant fixe, car on trouve que c’est plus équitable pour les bas salariés », a souligné le président, en rappelant que plusieurs de ses membres ne gagnent même pas 20 $ de l’heure.

De meilleurs salaires permettront aussi de retenir davantage de travailleurs dans le réseau en freinant leur départ vers les agences privées et par le fait même, le recours à ces mêmes agences diminuera, croit le syndicat.

Après un an de négociations et deux ans sans augmentation de salaire, il tarde aux travailleurs de parvenir à une entente avec le gouvernement.

Partager cet article