Jacob Richard défend son pitbull en Cour

Par Jean-Christophe Beaulieu 12:00 AM - 18 janvier 2019
Temps de lecture :

La juge Sandra Bouchard a la pris cause en délibéré et prononcera son jugement dans quelques semaines.

Jacob Richard, propriétaire d’un pitbull âgé de sept ans, a défendu jeudi le sort de son animal en Cour supérieure. La Ville de Sept-Îles demande à la justice de faire expulser ou euthanasier son chien, conformément au règlement municipal.

Les chiens de type pitbull et les chiens croisés avec des pitbulls sont interdits depuis au moins 2005 sur le territoire de la Ville de Sept-Îles. C’est cette disposition que le procureur de la Ville de Sept-Îles, Me Luc Dion, a fait valoir en Cour le 17 janvier.

De son côté, le défendeur Jacob Richard, qui se représentait seul, a fait valoir que la Ville et la SPCA n’appliquaient pas le règlement municipal à l’époque où il a enregistré son chien. La SPCA aurait même donné des pitbulls en adoption.

«La SPCA a enregistré mon chien comme pitbull. J’ai payé ses plaques année après année», s’indigne-t-il.

Il a aussi plaidé que les pitbulls ne sont pas une race de chien à proprement parler. La notion de «caractéristiques substantielles d’un pitbull» serait trop large et imprécise pour être applicable.

«La SPCA a témoigné que c’était infaisable d’être exact dans l’identification d’un chien», affirme-t-il.

Membre de la famille

Jacob Richard rappelle que son chien Boss est âgé de sept ans, qu’il a bon caractère et qu’il ne s’est jamais passé rien de problématique avec lui. Il croit néanmoins que vu l’âge du chien, il sera voué à l’euthanasie s’il doit s’en débarrasser.

«C’est complètement inconcevable. Je n’ai vraiment pas l’intention de perdre mon chien. Après sept ans de vie, c’est mon bébé. Je n’ai pas d’enfant, il fait partie de ma vie», confie-t-il.

Il rappelle au passage qu’il a toujours amené son chien partout, que ce soit dans la rue, au parc, à la plage ou même au «cirque» l’été, lors des venues de Beauce Carnaval.

Socialisation

Dans le même dossier, la Ville de Sept-Îles demandait aussi l’expulsion d’un autre pitbull appartenant à Karol-Ann Connolly, la petite amie de Jacob Richard. Celle-ci s’est toutefois départie de son chien Boomer il y a plusieurs mois.

Elle explique que le contexte a empêché de faire rencontrer à Boomer d’autres gens et animaux. En effet, le désagrément de la poursuite contre son chien ainsi que la perception ambiante par la population envers les pitbulls ont rendu difficile sa socialisation.

«Et ce qui fait un mauvais chien, c’est de ne pas le socialiser. Donc j’ai préféré l’envoyer dans une place où il pourra se promener dans la rue et les parcs légalement, sans être jugé. Ça a été dur», dévoile-t-elle, un brin de tristesse dans la voix.

Partager cet article