Dereck Grégoire a plaidé coupable d’homicide involontaire

Par Mathieu Morasse 12:00 AM - 18 janvier 2019
Temps de lecture :

Dereck Grégoire, accusé de meurtre non prémédité, a plaidé coupable à des accusations réduites d’homicide involontaire. La Couronne réclame 6 ans de pénitencier, tandis que la défense suggère environ 4 ans et 4 mois de prison.

L’accusé a enregistré son plaidoyer de culpabilité le 8 novembre dernier, mais la nouvelle n’avait pas été ébruitée. Les représentations sur sentence ont eu lieu vendredi au palais de justice de Sept-Îles devant la juge Louise Gallant.

Les faits remontent à la nuit du 28 au 29 juin 2017. Dereck Grégoire, intoxiqué par l’alcool, a alors poignardé mortellement John André Jourdain au cours d’une altercation survenue à Uashat.

Le procureur de la Couronne, Me Steeve Beaupré, a réclamé une réclusion de six ans. Déduction faite du temps passé en détention préventive, cela équivaudrait à environ 44 mois de prison à compter de la sentence.

Pas au pénitencier

L’avocat de l’accusé, Me Jean-Luc Desmarais, a pour sa part demandé une peine de deux ans moins un jour à compter du prononcé de la sentence, suivi d’une probation. Cela équivaudrait à une peine totale de 4 ans et 4 mois, moins la détention provisoire.

Une peine de moins de deux ans l’enverrait dans une prison provinciale et pourrait être suivie d’une probation. Une peine de deux ans ou plus l’enverrait au pénitencier, un milieu réputé beaucoup plus difficile.

Enfance difficile

Me Desmarais a fait valoir à la juge que son client a grandi dans une famille dysfonctionnelle où il a subi la violence de son beau-père à compter de l’âge de 7 ou 8 ans. Il a ensuite développé des problèmes de toxicomanie et d’alcool.

«Monsieur Grégoire est en survie depuis son plus jeune âge», a-t-il plaidé.

Il a ajouté que c’est la victime qui s’est rué vers son client lors des événements, mais que l’usage d’un couteau le privait de plaider la légitime défense.

«Il ne faut pas négliger qu’il a enlevé la vie d’une personne. […] Et il avait préalablement menacé de le « piquer »», a répliqué Me Steeve Beaupré.

Dereck Grégoire ne s’est pas adressé au tribunal. Il est demeuré assis pendant toute l’audience, écoutant sans broncher les représentations des avocats.

Les proches de la famille n’ont pas assisté à l’audience ni fait de représentation à la Cour dans le cadre des représentations sur sentence.

La juge Gallant prononcera sa sentence le 1er mars prochain.

Partager cet article