Ras-le-bol du PDG du CISSS – Les dénonciations publiques nuiraient au recrutement en santé

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 28 novembre 2018
Temps de lecture :

Le président-directeur général indique que le CISSS Côte-Nord a un défi majeur en raison de la pénurie de main-d’œuvre.

«Ce n’est pas en décriant ce qui va mal sur la Côte-Nord qu’on va attirer des médecins heureux de venir travailler pour nous», a lancé le PDG du CISSS de la Côte-Nord, Marc Fortin, la semaine dernière, en faisant référence aux difficultés de recrutement que connaît la région. Ce message vaut pour tous les types d’emploi, à son avis.

Le grand patron du Centre intégré de santé et de services sociaux considère que le recours aux médias pour dénoncer telle ou telle situation n’aide aucunement la cause du recrutement.

M. Fortin précise ne pas nier l’existence de difficultés et problèmes de climat de travail, mais, a-t-il dit, il y a des forums pour décrire des situations de difficultés passagères dans une organisation de 3 500 travailleurs.

«Là où j’en ai, c’est lorsque les médias rapportent tout le temps des crises existentielles qui existent sur la Côte-Nord. Moi, si je suis un étudiant en secondaire cinq à Chicoutimi et que je regarde ça, je dis, je n’irai pas travailler sur la Côte-Nord, c’est pourri», explique-t-il.

«Il y a des factions qui colportent toutes sortes de choses sur nous. Ça peut être des travailleurs, ça peut être toutes sortes de groupes de pression, ça peut être certains élus, je ne le sais pas, là, mais…», a-t-il ajouté.

M. Fortin préconise un revirement de l’approche de recrutement de travailleurs. «Il faut être attractif. Il faut attirer du monde et ce n’est pas avec du vinaigre qu’on va réussir», a-t-il martelé encore.

Un nouveau plan de match pour recruter, qui se veut moderne et novateur, selon le PDG, a été élaboré. Il sera rendu public le 3 décembre.

Quelques données

La situation des ressources humaines au CISSS reste difficile. Ainsi, selon le rapport annuel de gestion 2017-2018, rendu public la semaine dernière lors de l’assemblée annuelle d’information de l’établissement, rapporte l’embauche de 600 personnes, mais les départs de 601 sur les 3 500 employés.

Pendant ce temps-là, les heures travaillées augmentaient de 74 168 pour atteindre les 5 577 780 heures. Les heures supplémentaires ont aussi augmenté de 5,1 % à 5,7 % en l’espace d’un an.

Partager cet article