Les maires de la Minganie réclament une rencontre avec le ministre Barrette

Par Mathieu Morasse 12:00 AM - 19 avril 2018
Temps de lecture :

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.

Les élus de la Minganie ont décidé d’effectuer une sortie médiatique pour dénoncer la situation en santé dans leur région. Ils réclament une rencontre avec le ministre Barrette pour régler le problème créé par la création d’un CISSS unique pour toute la Côte-Nord.

Les maires de la Minganie ont demandé la tenue d’une rencontre avec le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette. Ils veulent aborder avec lui les différentes problématiques auxquelles font face les Minganois. Le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, cite entre autres le manque de médecins et d’infirmières, les problèmes de transports, les difficultés reliées à la gestion et la perte de services en région.

Luc Noël s’explique mal pourquoi le Centre de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a de la difficulté à recruter du personnel pour les régions.

« Régionalement, il n’y a rien qui se règle », déplore M. Noël. «On s’aperçoit qu’au fil du temps, ils ont énormément de difficultés à le gérer. »

Il décrit le système administratif du CISSS Côte-Nord comme une « tour de Babel », un endroit où règne la confusion.

« Je reçois des gens, je reçois des téléphones. J’essaie de les enligner dans le système. C’est rendu que 25 à 30 % de [mon] temps comme élu est directement relié aux plaintes que nos gens font au niveau du CISSS. »

En bout de ligne il craint une perte de services et de soins vers Sept-Îles ou ailleurs. Même les dispensaires en région sont menacés selon lui.

Solutions recherchées

Interpelée à ce sujet, la porte-parole du CISSS Côte-Nord, Sandra Morin, confirme qu’il y a des pénuries dans plusieurs domaines et que ça préoccupe grandement le CISSS. Elle a indiqué que l’organisme est en mode solution.

« On a organisé un sommet sur la pénurie de main-d’œuvre [le 4 avril dernier], un sommet qui a réuni à peu près tous les groupes d’intérêts, incluant les syndicats, rappelle-t-elle. On continue à travailler pour améliorer l’accès aux services de la population et les conditions de travail de nos employés. »

M. Noël ne connaît pas la recette miracle.

«Ce qu’on veut, c’est qu’ils règlent notre problème, dit-il. Qu’ils le fassent de la façon qu’ils voudront.»

Sandra Morin se fait optimiste à cet effet.

«Il y a des solutions qui vont être mises en place rapidement, assure-t-elle. Et il y a d’autres choses qui vont être à moyen terme et à long terme. »

 

Partager cet article