Fumeur en Nord: là où tout se fume!

Par Frédérick Jolicoeur Tétreault 12:00 AM - 13 octobre 2017
Temps de lecture :

Maxime Savard et Myriam Landry Martel sont les nouveaux propriétaires du comptoir à produits fumés Fumeur en Nord qui ouvrira le 7 novembre prochain.

Si tout bon Septilien a sûrement déjà savouré un saumon fumé, qu’en est-il du chocolat fumé? Le 7 novembre, Fumeur en Nord, le premier comptoir spécialisé en produits fumés de la ville, ouvrira ses portes pour faire découvrir sa recette familiale unique et les possibilités infinies d’un fumoir.

Bien que le saumon soit le produit vedette de Fumeur en Nord, les entrepreneurs Myriam Landry Martel et Maxime Savard veulent démontrer que «tout se fume». «Quand tu fumes, sky is the limit», assure le duo.

Lors de l’ouverture, les clients pourront trouver derrière le comptoir de Fumeur en Nord  du saumon fumé à froid et à chaud, de la truite, du bacon, du fromage, du tofu ,quinze saveurs de «bubble tea» , du pain perdu et  des sauces piquantes.

Du bois spécial sera même vendu à même la boutique pour ceux qui voudraient créer leur propre fumoir maison. «Je vais être capable de déterminer les besoins du client et de conseiller le bon bois pour répondre à ces besoins-là», indique le père de famille.

Maxime Savard, l’expert fumeurs du duo, fume des aliments depuis plus de quinze ans. La technique et la recette, elles lui ont été transmises par son grand-père. «Il m’a donné ses recettes et moi je les ai mises au goût du jour», confie le fumeur.

Éventuellement, le couple originaire de Fermont aimerait pouvoir offrir de la morue, des pétoncles, des crevettes, du porc, de la farine, du pain, du chocolat et même des œufs. Les propriétaires seront également à l’écoute des demandes spéciales de leurs clients. «On n’a pas froid aux yeux. On est prêt à tout essayer», assure le couple.

Pour les non-initiés, le chef Savard décompose l’expérience gustative des produits fumés en trois étapes. «Avec ma recette, tu as le goût sucré qui embarque en premier. Ensuite, il y a un goût salé qui va embarquer. À la fin, c’est le goût de la boucane qui va embarquer.  Tous ces goûts-là se mélangent au produit d’origine et viennent améliorer son goût», explique-t-il, sans toutefois révéler les secrets de sa recette.

Unique

Myriam Landry Martel a été charmée par le bâtiment du 16 Père-Divet, là où se trouvait le défunt Placard à poutine, puisqu’il correspondait à sa vision entrepreneuriale. «Je voulais recréer l’ambiance d’une cabane de pêcheur. Quand j’ai vu la bâtisse, je l’ai trouvé parfaite», avoue-t-elle.

Grâce à cette trouvaille, les nouveaux Septiliens  sont confiant de pouvoir présenter un concept rarement vu dans la région. «Tu peux trouver du saumon fumé, mais pas une variété comme nous. Notre concept est unique. Les comptoirs les plus proches se trouvent à Baie-Trinité et à Natashquan et encore là, ça reste limité comme offre», révèlent-ils.

Local

Les propriétaires se considèrent comme des artisans et insistent sur le côté «fait maison» de leurs produits. «Les produits vont être différents de ceux à l’épicerie. Nous, c’est artisanal et non fait avec des machines. On fait tout le travail de A à Z», garantissent les deux spécialistes de produits fumés.

Fumeur en Nord le certifie, ses produits seront achetés localement. «On achète presque tout ici. On veut faire profiter et faire partie de l’économie d’ici», annoncent-ils fièrement.

Les propriétaires espèrent pouvoir créer une relation de proximité avec leur clientèle et devenir une référence locale. «Ce qu’on veut, c’est que ça soit familial, on veut triper avec nos clients».

Partager cet article