Accident mortel: Onde de choc dans la communauté

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 07 mai 2017
Temps de lecture :

Des membres de la communauté innue se recueillaient sur les lieux de l’accident, dimanche.

La communauté innue de Uashat mak Mani-Utenam est ébranlée par le décès d’une maman et de ses deux fillettes de 4 et 6 ans dans un grave accident de la route, samedi à Sept-Îles. Le drame a aussi emporté un jeune homme de 21 ans.

La collision frontale impliquant une camionnette et une fourgonnette n’a fait aucun survivant. Samedi après-midi, Catherine Pinette, 40 ans, est partie de Mani-Utenam avec ses filles pour aller acheter un cadeau de fête au centre-ville. Le sort aura voulu qu’elles n’en reviennent jamais.

Pour une raison encore inconnue, la camionnette conduite par Jérémy Roussy a dévié de sa route pour aller percuter la fourgonnette de Mme Pinette, vers 14h30 tout juste à l’entrée est de la ville. La Sûreté du Québec examine «plusieurs éléments» pour éclaircir les causes de l’accident, dont l’état mécanique du camion, les conditions météos et routières.

Samedi, un système dépressionnaire s’est abattu sur Sept-Îles provoquant de forts vents et d’abondantes pluies.

«L’onde de choc est terrible, c’est une tragédie familiale, mais communautaire aussi», a confié le cousin de la femme, Jean-Claude Therrien Pinette. «Sa vie tournait autour des enfants, c’était une mère aimante et très sensible», se souvient son cousin.

Catherine Pinette avait huit enfants.

«Tout le monde connaissait Catherine dans la communauté. C’était une femme ouverte, de dialogue. Quand elle passait dans ta vie, c’était comme un rayon de soleil», ajoute M. Therrien Pinette. «C’était une personne très significative, c’est pour ça que ça crée une onde de choc», ajoute-t-il.

La maman et ses filles, Laëly et Lianna, seront exposées à l’église de Mani-Utenam. Le conseil innu de Uashat mak Mani-Utenam a aussi fournie à la famille les «ressources nécessaires» pour traverser leur deuil, indique M. Therrien Pinette.

«On est une famille très solidaire, unie et on va le rester pour les enfants (de Mme Pinette). Tout le monde aura un rôle à jouer», dit-il, tenant à transmettre le message de solidarité exprimé par le père de Catherine, Maurice Pinette. «Mon oncle souhaite l’appui de tous, il faut être ensemble dans cette épreuve».

«Un bon garçon»
La tristesse n’est pas moins grande chez les proches de Jérémy Roussy. «C’était un garçon sérieux, toujours fidèle au poste, qui donnait du bon service», a affirmé Maxime Deschenes, président de Les Constructions BLH, où le jeune travailleur était à l’emploi depuis deux ans. «Ça nous fait beaucoup de peine», a-t-il dit.

M. Roussy était «manutentionnaire» sur les chantiers, selon les contrats de l’entreprise. Son dernier remontait à décembre. «On connait aussi sa famille, c’est très triste, ça nous touche beaucoup, c’est évident. On tient d’ailleurs à offrir nos marques de sympathies à tout le monde», a conclu M. Deschenes.

La Sûreté du Québec poursuit son enquête pour déterminer les circonstances du drame. La route 138 a été fermée plusieurs heures puis la circulation s’est faite par alternance grâce à l’aménagement d’une voie de contournement. La 138 a finalement été rouverte en totalité vers 3h45 cette nuit.

Partager cet article