PME fragilisées : Le ministre Daoust appelle à la patience

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 29 janvier 2015
Temps de lecture :

Malgré le signal d’alarme lancé par Sept-Îles et Fermont, le ministre Jacques Daoust demande aux entrepreneurs fragilisés par l’arrêt des activités de Cliffs Natural Resources de faire preuve d’encore un peu de patience. Selon lui, le processus judiciaire entrepris par la minière ne peut qu’accélérer la suite des choses.

L’appel à l’aide du milieu socioéconomique est «légitime», a affirmé au Journal le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Exportation, qui assure suivre l’évolution du dossier d’heure en heure. «Mais, à mon avis, les délais auraient été encore plus longs si Cliffs ne s’était pas placé sous la protection de la loi», indique-t-il.

Jacques Daoust voit jusque dans cette démarche une ouverture de possibilités que la société n’offrait peut-être pas. «La compagnie pouvait avoir la volonté de ne pas vouloir régler, mais le syndic ou le juge, eux, leur seule raison d’être sera de régler le problème, explique-t-il. Il faut voir ceci comme une transition.»

Opportunités pour Québec
Québec et Investissement Québec ne ferment d’ailleurs pas la porte à se porter acquéreur de portions de la Pointe-Noire, où se trouvent les installations de Cliffs et la portion de son fameux chemin de fer, qui empêche l’accès au quai multiusager du port de Sept-Îles.«L’entonnoir du Plan Nord, c’est Sept-Îles. […] Une chose est certaine, c’est qu’il faut que le blocage auquel se bute le Port depuis des années ne revienne jamais.»

Daoust assure également poursuivre ses efforts pour sauver la mine du lac Bloom et les 600 emplois qui s’y rattachent. Selon lui, la baisse du dollar canadien vient donner «un peu d’air» à la possibilité de la relance.

Partager cet article