Projet de loi 10: Un seul CISSS pour la Côte-Nord, maintient Gaétan Barrette

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 21 janvier 2015
Temps de lecture :

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, maintient sa décision d’instaurer un seul centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) sur la Côte-Nord, malgré les interventions du Parti québécois et de Québec solidaire qui en réclamaient deux, vu l’étendue du territoire.

Le projet de loi 10 du ministre Barrette prévoit la fusion des pôles décisionnels régionaux en santé. À l’exception de Montréal et la Montérégie, chaque région n’aurait qu’un seul CISSS. Les Îles-de-la-Madeleine ont également obtenu un CISSS distinct de celui de la Gaspésie. En commission parlementaire portant sur l’étude du projet de loi 10, le Parti québécois et Québec solidaire ont demandé qu’il y ait deux CISSS sur la Côte-Nord en raison de l’étendue du territoire, ce que le ministre a refusé.

La députée de Duplessis, Lorraine Richard, déplore «l’attitude arrogante» du ministre. Selon elle, l’idée d’instaurer deux CISSS, à Sept-Îles et Baie-Comeau, est «un projet largement appuyé par les intervenants de la santé et ceux des milieux syndical, social, communautaire, municipal et économique de la région». Mme Richard mentionne que deux pôles décisionnels «auraient favorisé une desserte adéquate de la population du territoire, la continuité des soins pour chacun des pôles et une offre de soins et des services de santé de qualité».

C’est la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, qui a proposé cet amendement à la loi avec l’appui du Parti québécois. «Le ministre Barrette est fermé comme une huître! J’en suis désolé pour la population de la Côte-Nord», a affirmé Mme David.

«La Côte-Nord est la région la plus étendue au Québec, après le Nord-du-Québec : 1300 km de littoral et 236 502 km2 de superficie. C’est impensable de croire qu’un seul centre de décisions pourrait être efficace. De plus, que ça soit à Sept-Îles ou à Baie-Comeau, chacun de ces pôles a développé des expertises particulières en lien avec son milieu, par exemple le travail avec les communautés autochtones», a défendu la porte-parole de Québec solidaire.

En novembre, le conseil d’administration du CSSS de Sept-Îles avait également réclamé, dans un mémoire, deux CISSS sur la Côte-Nord. Le conseil s’était vu refuser, sans motif, la présentation de son mémoire en commission parlementaire, mais pouvait bénéficier d’une quinzaine de lettres d’appui, dont celle de l’association libérale de Duplessis.

(Photo Archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article