Possible abolition du poste d’agent culturel de Natashquan

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 03 Décembre 2014
Temps de lecture :

Le ministère de la Culture et des Communications du Québec a récemment confirmé l’abolition du Programme villes et villages d’art et patrimoine (VVAP). Une décision qui risque d’engendrer la disparition du poste d’agent culturel de Natashquan, occupé par Guillaume Hubermont, qui nage depuis l’annonce en pleine incertitude.

Étant donné que le salaire de l’agent culturel est couvert par le programme VVAP, Guillaume Hubermont demeure persuadé qu’une telle décision aura pour effet de mettre fin à son emploi pour la municipalité de Natashquan. «En juin 2015, mon contrat de travail était en renouvellement pour trois ans. Avec une telle annonce, je crains fort qu’il ne soit pas reconduit », indique-t-il.

Encore aujourd’hui, il est trop tôt pour prédire si oui ou non la municipalité dispose des ressources financières nécessaires pour s’offrir les services d’un agent culturel. «Je ne crois pas qu’ils auront les ressources pour m’engager, avance-t-il. Je ne serai donc plus là pour appuyer le plan d’action de la municipalité en manière de développement culturel et patrimonial, ce qui signifie que les acteurs du milieu culturel seront laissés seuls pour remplir les différentes demandes de subventions.»

Selon M. Hubermont, cette décision gouvernementale s’inscrit comme une tentative de réduire le pouvoir des villes et villages ayant une faible population. «Pour le développement du village, je ne suis qu’un pion parmi tant d’autres que le gouvernement essaie de faire tomber. On n’a qu’à penser aux récentes coupes effectuées dans les CLD (Centres locaux de développement) pour en venir à un tel constat. C’est un moyen déguisé de centraliser les services et faire en sorte que les régions ne deviennent qu’un simple lieu d’exploitation. On s’attaque directement au sentiment d’appartenance des gens», affirme-t-il.

Le CRCCCN réagit
Par voie de communiqué, le Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord (CRCCCN) déplore la succession de coupes budgétaires et le démantèlement des outils de développement collectif qui viennent «fragiliser» le milieu artistique et cultuel nord-côtier en engendrant une perte réelle d’expertise.

La directrice générale du CRCCN, Marie-France Lévesque soutient que de telles décisions ne prennent pas en considération les retombées économiques de la culture dans la région, ni même son importance pour assurer une qualité de vie aux citoyens et une plus grande accessibilité à la vie culturelle.

C’est un autre dur coup que le milieu culturel doit encaisser suite à la disparition du bureau régional du ministère de la Culture et des communications du Québec et l’abolition de la Conférence régionale des élus (CRÉ) Côte-Nord, selon l’organisme.

Ce qu’est le programme VVAP
Gérée par le ministère de la Culture et des Communications du Québec, une entente VVAP permettait aux municipalités de 50 000 habitants et moins, aux MRC ainsi qu’aux Conseils de bande de partager les coûts d’embauche d’une ressource formée dans le domaine des arts, de la culture et du patrimoine. Une personne ayant pour mandat de structurer le développement culturel.

Guillaume Hubermont (Photo : courtoisie)

Partager cet article