Poursuite contre IOC : Les Innus reçoivent l’appui de l’Assemblée des Premières Nations

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 09 octobre 2014
Temps de lecture :

Le chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Ghislain Picard, a donné son appui aux communautés de Uashat mak Mani-Utenam et Matimekush-Lac John qui réclament 900 millions $ à la Compagnie minière IOC pour l’exploitation des leurs terres ancestrales, sans leur consentement, depuis les années 50.

«J’appuie sans réserve toutes les Premières Nations qui revendiquent leurs droits, a fait valoir M. Picard dans un communiqué. Le mode de vie de ces deux communautés a été affecté pendant les 65 dernières années et l’heure est venue pour elles d’avoir leur mot à dire sur le développement et la durabilité de leurs terres et territoires», a-t-il ajouté.

Selon le chef des Premières Nations, il incombe aux communautés la «responsabilité permanente de protéger les terres, les eaux et les ressources vitales qui leur ont été octroyées (…) et de perpétuer la vision de nos ancêtres, une vision de prospérité partagée et de réussite pour tous nos citoyens», soutient-il.

Retour des «pierres de la honte» à Sept-Îles
Après les avoir exhibées devant la place d’affaire de la compagnie minière IOC à Montréal, les «pierres de la honte» ont été ramenées aux installations de la société à Sept-Îles. Ce geste symbolique s’inscrit dans la campagne «IOC/Rio Tinto doit payer son loyer» faisant suite à quatre années de négociations «infructueuses» avec la minière, selon les communautés.

Les «pierres de la honte», ces deux roches de minerai de fer, provenant des sites miniers de la Compagnie minière IOC, ont été déplacées à Montréal puis, jusqu’aux installations de Sept-Îles par les communautés, dans un geste symbolique. (Photo : courtoisie)

Partager cet article