Année financière «très difficile» à la Commission scolaire du Fer

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 26 août 2014
Temps de lecture :

La Commission scolaire du Fer n’échappe pas aux contrecoups des compressions du gouvernement du Québec et adopte un budget 2014-2015 déficitaire de 425 000$. L’année financière à venir sera «très difficile» et la marge de manœuvre sera «presque inexistante», avertit l’organisation qui n’a d’autres choix que de sabrer dans ses dépenses et augmenter la taxe scolaire de 8% en moyenne sur son territoire.

La Commission scolaire du Fer a choisi d’éponger son déficit anticipé par une partie du surplus accumulé. «La commission scolaire est bien gérée», a fait valoir son président, Rodrigue Vigneault. «Par contre, nous sommes compressés de toute part par Québec», déplore-t-il. Depuis six ans, le ministère aurait coupé plus de six millions $ à l’organisme, soutient M. Vigneault.

Cette année, la Commission scolaire du Fer a choisi de ne pas remplacer «quelques postes» à la suite de départs, en plus de diminuer trois postes «en service direct» aux élèves. «Personne n’a été mis à la porte, nuance le président. Mais, il n’y a pas eu de remplacements.» La commission scolaire a aussi diminué ses mesures en lien avec la réussite scolaire, les services de garde et la réserve pour les imprévus et remplacements.

L’épandage d’engrais et certains travaux de peinture ont été suspendus, tandis que les dépenses administratives ont également été réduites. «Pour ce qui est des gros travaux de rénovation, il s’agit d’argent pour l’entretien du parc immobilier, ce qui n’a rien avoir avec le budget d’opération de la commission scolaire», différencie le président.

Dans un communiqué envoyé lundi, l’organisation assure que la qualité des services aux élèves sera priorisée, «même si certains choix difficiles seront faits.» Le budget 2014-2015 de la Commission scolaire du Fer atteint 67 millions $.

Hausse de la taxe scolaire
Depuis les dernières années, Québec a réduit son «aide additionnelle aux contribuables», surtout dans les villes où la santé économique est bonne, comme sur la Côte-Nord, explique Rodrigue Vigneault. «Cette péréquation venait amoindrir la facture aux citoyens (…) maintenant, nous avons un manque à gagner à aller chercher», soutient-il.

La hausse des taxes scolaires pour cette année sera de 11% à Fermont, 9% à Sept-Îles et 6% à Port-Cartier. Les comptes doivent être postés d’ici les prochaines semaines, assure la commission scolaire.

(Photo: archives – Le Nord-Côtier)

Partager cet article