Wapikoni Mobile: Une escale réussie à Uashat

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 01 août 2014
Temps de lecture :

Pas moins de six projets audiovidéos ont été réalisés lors de la plus récente escale de la Wapikoni Mobile à Uashat, un studio mobile de production se déplaçant dans les diverses communautés autochtones. Un séjour qui se terminera lors d’une soirée de projection le 4 août à 19h au Musée Shaputuan. Une activité ouverte à tous qui comportera de nombreuses prestations musicales.

Visiblement satisfaite de l’implication des participants, la coordonnatrice de l’équipe Uashat de la Wapikoni Mobile, Jacinthe Beaudet, trace un bilan plus que positif de cette escale. «Nous avons été victimes de notre succès. Nous avons dû fermer les inscriptions pour les nouveaux projets, soutient-elle. Si l’escale avait été plus longue, nous aurions pu en prendre plus. La participation est bonne et les participants ont de bonnes idées.»

Des projets diversifiés
Cette année, la plupart des projets déposés tournent autour de la musique. Ceci étant la preuve concrète que de nombreux musiciens sont présents à Uashat et à Mani-Utenam. Parmi les thèmes abordés, on retrouve la dualité entre la vie contemporaine et les valeurs traditionnelles, ainsi qu’une intéressante réflexion effectuée par une adolescente de 16 ans autour de la personnalité de certaines personnes sur les médias sociaux.

«Lorsqu’elle est venue nous voir, cette adolescente avait une idée claire de son sujet. Elle se questionnait à savoir pourquoi certaines personnes s’inventent une vie sur les médias sociaux. Elle pousse même la réflexion un peu plus longue en abordant ce besoin qu’ont certaines personnes d’être vues et entendues. C’est une réflexion intéressante. À ma connaissance, c’est un sujet qui n’avait pas été abordé auparavant par des participants de la Wapikoni Mobile», renchérit la coordonnatrice.

Très actif dans sa communauté
Un portrait documentaire sur Roger Michel est également en cours de réalisation. «Roger Michel est un jeune homme très connu dans la communauté autochtone. Il s’implique beaucoup, avance Mme Beaudet. Il s’est investi dans l’organisation de la marche contre Mine Arnaud. En plus de s’impliquer au Centre d’amitié autochtone, il effectue aussi de nombreuses interventions dans les écoles et même ailleurs.»

En installant son studio près du Musée Shaputuan, l’équipe de la Wapikoni Mobile a réussi à obtenir une meilleure visibilité que lors de ses escales précédentes. «Nous étions bien situés. Certains participants sont aussi revenus nous voir. Ils ont poussé l’expérience plus loin. Nous ne pouvons pas être plus satisfaits de cette escale.»

Partager cet article