David Portelance: Déterminé et persévérant

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 10 juillet 2014
Temps de lecture :

David Valcourt

Dans le cadre de la Tournée découverte, les Nord-Côtiers sont invités à faire la connaissance de David Portelance, le 10 juillet à 20h30 au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier et le 11 juillet à 20h au Edgar Café Bar de Sept-Îles.

Un auteur-compositeur-interprète s’étant révélé du grand public suite à une rencontre marquante avec le conteur, Fred Pellerin, qui s’est décidé à interpréter certains de ses textes sur disque. En 2003, David Portelance a participé au Festival de la chanson de Granby. C’est durant cet événement qu’il a fait la rencontre de Fred Pellerin.

«C’est une rencontre qui n’a duré que 15 minutes. On s’est apprécié tous les deux sur scène. Je lui ai alors remis mon démo. On ne s’est pas vraiment côtoyé. On m’a seulement recontacté lors de la production de son album «Silence» puisqu’il souhaitait interpréter certaines de mes chansons. J’avais alors arrêté de faire carrière en musique pour me consacrer à l’enseignement. C’est là que la machine est repartie», lance-t-il.

Cette proposition de Fred Pellerin s’avère être un élément marquant qui a incité l’auteur-compositeur-interprète à se remettre à l’écriture de nouvelles chansons. «J’ai eu la chance d’assurer la première partie de plusieurs de ses spectacles, indique-t-il. Il m’a également invité en studio pour enregistrer un nouveau démo que nous avons utilisé pour approcher les compagnies de disque. Je lui en dois beaucoup.»

De fortes racines
Sur le plan musical, il se dit très inspiré par le folk et des artistes tels que Johnny Cash. Un genre musical qu’il apprécie grandement. «Je me reconnais dans cette musique. J’y trouve mes racines, constate-t-il. Très jeune, j’ai été déraciné vers la France pour une période de trois ans. Ma famille est ensuite revenue s’installer à Montréal. Pour moi, c’est un élément important et ça transparaît dans ma démarche musicale.»

De fil en aiguille, le parolier a travaillé à la réalisation d’un premier disque, «Tenir la route», qui a été lancé au printemps 2014. Un titre d’album qui en représente très bien son parcours sinueux dans le milieu musical. «On cherchait un titre. À un certain moment, j’ai constaté que le thème de la route étant omniprésent, explique-t-il. J’ai trouvé que ça se prêtait bien à mon au cours des vingt dernières années.»

Un propos axé sur l’humain
«Je ne me considère pas comme un artiste engagé. Mes inspirations sont davantage axées sur l’expérience humaine que sur l’expérience politique citoyenne. L’album est un amalgame de ce que j’ai écrit au cours des dix dernières années et ce sont là des chansons que je présentais, pour la plupart, déjà sur scène. Nous n’avions rien en tête durant son enregistrement. Le titre est plus un constat qu’un objectif», avance celui qui se produira en formule solo sur la Côte-Nord.

(Photo : courtoisie)

Partager cet article