Grève dans les garderies en milieu familial

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 07 juillet 2014
Temps de lecture :

Une cinquantaine de responsables de services de garde en milieu familial subventionnés de la Côte-Nord ont manifesté lundi, à Baie-Comeau, alors que la journée de grève regroupait 14 000 intervenants à travers le Québec.

Les responsables de services de garde (RSG) en milieu familial subventionnés affiliés à la CSQ dénoncent le manque d’ouverture du gouvernement à la table de négociation pour le renouvellement de leur convention collective, échue depuis novembre 2013.

«C’est au neutre. Il n’y a plus rien qui se passe. Il y a un refus de toutes nos demandes sur le respect de notre autonomie professionnelle», indique Nathalie Michaud, première vice-présidente de l’Alliance des intervenantes en milieu familial Côte-Nord, qui représente 275 RSG sur la Côte-Nord.

Principal point de litige, l’inclusion des bureaux coordonnateurs dans la convention et l’implantation d’un système permettant à un RSG de contester une décision prise par un bureau.

«Les bureaux coordonnateurs, ce sont eux qui gèrent les milieux familiaux, qui font les visites surprises, qui émettent des avis de contravention. […] On voudrait qu’ils fassent partie de l’entente pour qu’on puisse discuter directement avec eux», explique Mme Michaud.

Reconnaissance des heures
Les responsables de service de garde en milieu familial réclament aussi la reconnaissance du nombre réel d’heures travaillées. «Nous, on doit ouvrir 10 heures par jour. C’est 50 heures par semaine, mais nous sommes payées 35 heures. Et nous n’avons pas de pause, personne qui fait notre comptabilité», souligne Nathalie Michaud.

Selon la convention échue, le salaire des RSG est calculé en fonction de l’échelon un des éducatrices non formées travaillant en centre de la petite enfance. «Autrement dit, nous sommes payées comme un éducatrice qui n’a aucune expérience de travail. Il y a des responsables ici que ça fait 20 ans qu’elles travaillent. Moi, personnellement, ça fait 16 ans que je fais ça», mentionne Mme Michaud, faisant également valoir les nombreuses heures de formation effectuées par les RSG chaque année.

Autres débrayages?
Les Alliances des intervenants en milieu familial ont obtenu un mandat de leurs membres à travers le Québec pour deux autres demi-journées de grève au cours de l’été. L’ADIM Côte-Nord tenait une assemblée générale annuelle à la suite de la manifestation, afin de faire d’autres propositions à ses membres. Les RSG souhaitent aboutir à une entente avant la fin de l’été.

Alors qu’environ 2 000 enfants nord-côtiers étaient touchés par la grève de lundi, Nathalie Michaud croit que les parents appuient la cause de leur RSG. «Ils sont conscients, ils voient notre travail», estime-t-elle, assurant qu’ils se montrent compréhensifs lorsqu’une journée de grève est annoncée. Mentionnons que les RSG de Fermont, même si elles n’ont pu se déplacer à Baie-Comeau, ont tenu des activités de leur côté.

Texte: Karine Boivin Forcier
Photo : Le Manic

Partager cet article