Hebdomadaires: Le Bureau de la concurrence donne le feu vert à la transaction

Par 12:00 AM - 28 mai 2014
Temps de lecture :

Le Bureau de la concurrence a donné mercredi le feu vert à l’achat par Transcontinental des 74 hebdomadaires de Québecor Média. La transaction évaluée à 75 millions $ comporte néanmoins certaines conditions, dont la mise en vente de 34 journaux dans des marchés bien précis pour préserver la concurrence.

C’est pour «préserver la concurrence dans la vente de publicité dans les journaux communautaires (régionaux)» que le Bureau de la concurrence a émis cette condition, avant d’approuver la transaction entre les deux joueurs de la presse hebdomadaire. Dans chaque marché régional jugé à risque, le consentement requiert la mise en vente d’au moins un hebdo.

En offrant à un tiers la possibilité d’acheter les journaux et de les exploiter de manière indépendante, le Bureau conclut que la concurrence pourra ainsi être maintenue. C’est une firme indépendante qui se chargera de la mise en vente de ces 34 hebdos, sans prix plancher. Transcontinental devra même assurer les services d’imprimerie pour un an et ceux de distribution pendant trois ans, aux éventuels acheteurs.

Aucun hebdo de la Côte-Nord ne figure sur la liste des journaux à vendre. C’est donc dire que Le Plein Jour de Baie-Comeau et Le Nord-Est de Sept-Îles passent aux mains de Transcontinental.

Le Bureau de la concurrence indique avoir pris en compte les difficultés financières éprouvées par de nombreux journaux et la transformation en cours dans l’industrie des journaux communautaires pour rendre sa décision.

Risque écarté
Il ajoute que comme Québecor Média a annoncé la fin de ses activités de distribution à domicile et la fermeture de son réseau de distribution à terme, sa sortie de ce secteur d’activité est peu susceptible «de diminuer sensiblement la concurrence par la suite de la transaction proposée.»

Transcontinental acquerra de Québecor Média les formats Web, mobiles et imprimés de ses journaux communautaires du Québec, ainsi que les bureaux régionaux et les centres prépresse de Rimouski, Saint-Georges et Val-d’Or.
Le Bureau a indiqué être au fait des préoccupations des populations de nombreuses localités qui ne souhaite pas perdre leur journal local.

«Étant donné que plusieurs journaux éprouvent des difficultés financières liées à la transformation que subit actuellement l’industrie des journaux communautaires, le consentement obtenu par le Bureau vise à maintenir la concurrence dans les marchés locaux au moyen d’un processus de vente dans les régions où les parties se livrent une concurrence vigoureuse», a laissé savoir par voie de communiqué, John Pecman, commissaire de la concurrence.

Partager cet article