Quilles-curling: L’avenue coopérative explorée

Par 12:00 AM - 09 avril 2014
Temps de lecture :

Le projet quilles-curling avance toujours à Port-Cartier, alors que le comité se penche sur l’option de le concrétiser sous la forme d’une coopérative. Depuis trois ans, plus de 100 000$ ont été investis pour la création des plans et devis et des études d’ingénierie. Une entente de principe concernant le terrain a également été conclue avec ArcelorMittal.

Le groupe en est toujours à rattacher le financement. «On a été un peu bloqué, parce que nous sommes rendus à la phase du financement, et ça, c’est quand même assez difficile», a admis Mélanie Dumont, agente de développement au CLD de Sept-Rivières.

Le projet a été inscrit à plusieurs programmes de financement gouvernementaux, mais il a essuyé quelques refus. «Les programmes, ce qui est le fun, c’est qu’il y en a toujours des nouveaux qui sortent. Dès qu’il y en a un, nous sommes prêts à appliquer dessus», a-t-elle dit avec enthousiasme.

Option coop
Si le projet devait prendre la forme d’une coopérative, d’autres possibilités de financement s’ouvriraient. «Comme le club de curling était déjà un organisme sans but lucratif, on ne se cassait pas la tête avec ça, mais ça pourrait vraiment être une avenue intéressante et plus facile à financer», a souligné l’agente de développement. Pour valider la pertinence d’aller de l’avant avec cette alternative, un sondage téléphonique sera mené au cours de prochaines semaines.

Plus de 500 quilleurs et joueurs de curling portcartois seront questionnés. «On souhaite savoir si les gens seraient intéressés à payer une part de membership, s’ils jouent toujours aux quilles et curling, combien ils seraient prêts à investir», a illustré Mme Dumont.

Le projet d’un complexe quilles-curling est estimé à 7 millions $. Le comité entend retravailler sur les plans pour tenter de faire diminuer les coûts de réalisation. «Tant qu’il n’y aura pas un premier partenaire qui va se lancer, on est bloqué. C’est vraiment le financement», a conclu Mélanie Dumont.

(Photo: archives)

Partager cet article