Baie-Comeau: Alcoa reporte son projet de modernisation

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 17 mai 2013
Temps de lecture :

La direction d’Alcoa a annoncé un nouveau report de trois ans de son projet de modernisation de l’aluminerie de Baie-Comeau. Les deux dernières séries de cuves Söderberg seront toutefois arrêtées au mois d’août et démantelées d’ici deux ans, entraînant la suppression de 500 postes.

Le président d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires, Martin Brière, a insisté sur le fait que le projet de modernisation de l’aluminerie, estimé à 1,2 milliard de dollars est toujours optimal, mais qu’il ne peut être réalisé dans le contexte économique actuel. «C’est clair que les prévisions futures du marché de l’aluminium ont changé. En septembre ou octobre, on s’attendait à une amélioration du marché et on ne s’attendait pas à ce que ça descende aussi bas», a indiqué M. Brière, précisant que la tonne d’aluminium se vend actuellement 600 ou 700 $ moins cher que ce qui avait été prévu.

Selon les nouvelles prévisions, la modernisation de l’usine devrait être achevée en 2019, alors que la première coulée d’aluminium est prévue pour 2018. Lorsque le projet avait été remis sur les rails, en 2011, on avait estimé que la modernisation serait conclue en 2016. En attendant la reprise de la modernisation, Alcoa a annoncé un investissement de 100 millions (M) $ destiné aux infrastructures baie-comoises.

De ce montant, 30 M $ serviront à mettre à niveau la fonderie, de manière à soutenir un constructeur automobile avec lequel le géant de l’aluminium s’est entendu. Les 70 M $ restants seront destinés au projet de modernisation lui-même et permettront entre autres la préparation du lieu en vue des travaux futurs.

Malgré le contexte économique difficile évoqué par la direction de l’entreprise, elle assure que les engagements pris envers la communauté demeureront intacts. Ainsi, le Fonds Alcoa Aluminerie de Baie-Comeau pour les collectivités durables, qui prévoit verser une somme de 10 M $ sur cinq ans pour des initiatives locales liées au développement durable, sera maintenu, tout comme l’apport de 50 M $ sur 25 ans au Fonds de développement économique géré par le gouvernement du Québec.

Emplois supprimés
Le démantèlement des séries A et B sera entamé par les employés de l’aluminerie dès qu’elles ne seront plus en utilisation, soit au mois d’août 2013. Ces opérations devraient s’étendre sur 24 mois, période durant laquelle 500 des 1 400 postes seront abolis en deux vagues. Alcoa entend miser sur des départs à la retraite devancés pour réduire ses effectifs.

Selon la mouture précédente du projet, cette diminution d’employés était moindre, puisque 200 d’entre eux devaient être directement réaffectés à l’opération des nouvelles cuves précuites, la série F, dont les travaux ne débuteront qu’en 2016. La direction prévoit cependant embaucher 150 personnes en 2018 pour regagner la cible de 1 050 employés prévue dans le plan initial d’opération de l’usine modernisée.

Employés rencontrés
Rencontrés en deux groupes, jeudi et vendredi, les employés ont appris les dernières nouvelles par le biais du directeur de l’aluminerie, Luke Tremblay. De nombreuses questions ont été soulevées par les centaines de travailleurs, entourant les primes reliées aux retraites anticipées, les réorganisations professionnelles à prévoir et la viabilité du plan de modernisation prévu, notamment. Alors que certains travailleurs semblaient satisfaits des annonces et explications véhiculées par la direction, d’autres ont tenu à exprimer leur inquiétude par rapport aux emplois perdus ainsi qu’au nouveau report de la réfection de l’usine.

Devant son personnel, Alcoa s’est engagée à transmettre de plus amples détails concernant les 500 postes supprimés, le 22 juin, date à laquelle les employés concernés seront en mesure de considérer la possibilité de se retirer au cours des prochains mois. La direction a indiqué qu’elle s’attend à ce que jusqu’à 80 % des travailleurs visés acceptent de faire partie de la première vague de départs. Ainsi, dès septembre 2013, l’aluminerie pourrait compter 400 employés en moins, si l’on en croit ces prévisions, basées sur un système de mises à la retraite semblable utilisée par l’aluminerie de Baie-Comeau il y a quelques années.

PHOTO: Le directeur général de l’aluminerie de Baie-Comeau, Luke Tremblay, et le président d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires, Martin Brière, ont fait des annonces au sujet du projet de modernisation des installations de Baie-Comeau, jeudi. (Photo : Le Manic)

Texte: Marlène Joseph-Blais – Le Manic

Partager cet article