Mine Arnaud : Les procédures de consultation publique débutent

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 20 novembre 2012
Temps de lecture :

La Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles met en route l’outil de consultation publique sur le projet Mine Arnaud. Au même moment, les groupes opposés à l’implantation de la mine d’apatite à ciel ouvert près de la ville lancent une pétition pour la tenue d’un référendum populaire.

Les cinq membres du comité d’analyse en développement durable de la ville de Sept-Îles et la Chaire en Éco-conseil de l’Université du Québec de Chicoutimi (UQAC) ont élaboré les détails logistiques de participation publique pour le projet d’implantation de la mine à ciel ouvert dans le canton Arnaud. L’adresse pour participer est la suivante www.synapse.ugac.ca.

Sur le site Internet «Synapse», un site dédié aux professionnels du développement durable, un onglet « Mine Arnaud» a été créé par la Chaire. Dans cette section, la population peut émettre des recommandations, des commentaires ou déposer des documents à l’intention du comité ou remplir une grille d’analyse de développement durable.

Les résultats obtenus seront compilés par la Chaire et seront soumis sous forme de rapport au comité lors du processus d’analyse. Au vu des commentaires, les membres intégreront les recommandations soumises par les citoyens s’il y a lieu. La population a jusqu’au 18 décembre pour soumettre leurs documents ou commentaires.

Des citoyens veulent un référendum
Lors de la grande rencontre citoyenne organisée par le comité pour la défense de l’air et de l’eau, le regroupement pour la sauvegarde de la grande Baie de Sept-Îles et le comité de citoyen du canton Arnaud qui s’est tenue le 13 novembre, une pétition a été lancée pour demander à la ville de tenir un référendum public sur l’accord ou non du projet.

Dans cette optique, les groupes sont en réflexion quant à savoir s’ils utiliseront les outils proposés par la ville. «Nous avons bien reçu l’invitation, mais c’est difficile de penser à une participation quand on trouve que les normes ne sont pas respectées. En participant, ce serait comme dire j’accepte que les normes ne soient pas respectées», a- estimé, l’organisateur de la soirée Réjan Porlier.

Le maire de Sept-Îles, Serge Lévesque, à quant à lui déclaré à plusieurs reprises que la ville n’avait pas l’intention de mettre autre chose en place que les outils de la Chaire en Éco-conseil de l’UQAC. La ville a attribué un budget de 100 000 $ à la Corporation de protection de l’environnement pour l’application cette grille.

Rappelons que le projet Mine Arnaud est le premier dossier étudié dans le cadre de la grille d’analyse en développement durable mis en place par la ville. Comme il s’agit de la première utilisation de l’outil de consultation, la Chaire en Éco-conseil assistera le comité afin de s’assurer d’une utilisation rigoureuse de la grille d’analyse.

Pendant que la ville met en place son processus de consultation publique sur le projet Mine-Arnaud, des citoyens signent une pétition pour la tenue d’u référendum publique (Photo : Le Nord-Côtier).

Partager cet article