La Fédération des chambres de commerce du Québec : Réaffirmer l’importance du développement des richesses naturelles

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 06 novembre 2012
Temps de lecture :

La présidente-directrice générale de la Fédération des chambres du commerce du Québec (FCCQ), Françoise Bertrand, était de passage sur la Côte-Nord lundi afin de rencontrer plusieurs employeurs de la région et discuter avec eux des enjeux reliés au développement des richesses naturelles.

La FCCQ a décidé d’effectuer un arrêt en région à la suite de son congrès de septembre 2012, où elle en était venue au constat qu’il était impératif de se rendre en région puisque c’est là que le développement économique des ressources naturelles a lieu. Lors de sa visite dans la région, l’organisme en a profité également pour aller à la rencontre de certains employeurs et a livré aux médias présents la vision de son conseil d’administration face à cet enjeu fort polarisant.

«Nous considérons que les ressources naturelles sont importantes et que c’est là la clé du développement économique. Même si nous travaillons à la défense économique, nous sommes pour le développement durable. Nous croyable qu’il faut mettre un peu moins les freins sur le développement, car il est important d’aller de l’avant et de diversifier notre économie», a lancé Mme Bertrand. Un constat qui s’impose en raison notamment la baisse constante du prix du fer sur le marché.

Les entreprises rencontrées au cours de cet avant-midi se sont plaintes, entre autres, de la lenteur dans le traitement des demandes d’obtention de permis. «Une telle situation est perçue par plusieurs comme étant un frein important au développement économique. Nous sommes convaincus qu’il y aurait moyen d’alléger le processus tout en étant aussi vigilant. Nous constatons également que la plupart de nos membres effectuent sur une base régulière une évaluation des risques», précise-t-elle.

Selon la présidente de la FCCQ, le développement économique se doit d’être à la base d’être profitable à la communauté. «Il est important de former la main-d’œuvre en région. Les employeurs se plaignent constamment du manque de main-d’œuvre qualifiée, ce qui les amène à recourir à des travailleurs résidant à l’extérieur de la région. Nous sommes convaincus que ce phénomène de “fly in-fly out” nuit grandement à l’économie des régions», a conclu Françoise Bertrand.

Le président de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Marc Dallaire, la présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand et la directrice générale de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Ginette Lehoux. (Photo : Le Nord-Côtier)

Partager cet article