Exploration d’hydrocarbures dans le Golfe du Saint-Laurent : Les explications n’impressionnent pas en Minganie

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 06 novembre 2012
Temps de lecture :

Les consultations publiques proposées par l’office Canada Terre-Neuve-et-Labrador concernant l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures extracôtiers ne satisfont pas la population. Les présentations à Gaspé, à Havre-Saint-Pierre, aux île-de-la-Madeleine ou encore à Blanc-Sablon se sont soldées par des déceptions.

La mission de l’office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador consiste à mettre à jour une étude environnementale stratégique élargie à propos du développement pétrolier et du gaz naturel dans le Golfe du Saint-Laurent, et plus particulièrement sur la côte ouest de Terre-Neuve. Les consultations sont critiquées aussi bien dans la forme que sur le fond par les citoyens et Coalition Saint-Laurent.

«Le pattern qu’ils ont utilisé n’était pas du tout adéquat» a expliqué Sylvain Archambault, porte-parole de la Coalition Saint-Laurent présent notamment aux réunions de Havre-Saint-Pierre et de Gaspé. «Il y avait deux personnes de l’Office et trois consultants qui faisaient des discussions de personne à personne. Pour les informations, il y avait entre trois et quatre affiches sur des panneaux dans une grande salle vide. Seulement une personne parlait le français», a-t-il témoigné.

Les participants ne critiquent pas seulement la forme des réunions, mais aussi le fond du processus. «On morcèle le golfe du Saint-Laurent en petits morceaux, chaque province fait des évaluations de son côté, mais on parle d’un seul écosystème. Il serait nécessaire d’avoir une commission fédérale d’examen, avec une décision collective de l’ensemble des provinces du Canada», a déclaré M. Archambault.
Débat politique

Le député de Manicouagan, Jonathan Genest-Jourdain, a également déploré le manque de sérieux entourant les consultations publiques. Il a dénoncé une mauvaise préparation, le peu de publicité et l’absence de français dans les présentations. Par ailleurs, le député estime que les différents projets d’exploitation d’hydrocarbures dans le golfe du Saint-Laurent n’ont pas l’acceptabilité sociale.

«Nous avons entendu des associations de commerçants, des pêcheurs, des communautés autochtones, des corporations touristiques, des maires et des conseillers que ne veulent pas de ce projet. Les gens de la Minganie ne sentent pas consultés et je les comprends», a estimé M. Genest-Jourdain.

La solution pour le député fédéral serait la mise en place d’une commission consultative au niveau fédéral. «Si le gouvernement Harper est sérieux, il va prendre ses responsabilités et procéder à une véritable discussion avec l’ensemble des communautés touchées comme l’Office avait lui-même suggéré. Les conservateurs devraient répondre favorablement à cette demande de l’Office et procéder avec une commission fédérale en bonne et due forme», a-t-il fait valoir.

Les citoyens du Havre-Saint-Pierre n’ont pas été satisfaits par la présentation de l’office Terre-Neuve et Labrador (Photo – Sylvain Archambault).

Partager cet article