Zoothérapie: Une nouvelle ressource canine à l’école du Boisé

Zoothérapie: Une nouvelle ressource canine à l’école du Boisé

La directrice de l’école du Boisé, Sylvie Roussy, et l’intervenante en zoothérapie de La Patte Complice, Hélène Desaulniers, sont accompagnées de cette nouvelle ressource canine, Ulysse, mise à la disposition de tous les élèves.

Crédit photo : Le Nord-Côtier

Un projet pilote de chien d’école, initié par la directrice de l’école du Boisé, Sylvie Roussy, en collaboration avec l’intervenante en zoothérapie de La Patte Complice, Hélène Desaulniers, a été officiellement inauguré, le 8 décembre, dans la bibliothèque de cet établissement scolaire.

Sous le nom d’Ulysse, ce chien d’école sera mis à la disposition des élèves et du personnel de l’école du Boisé dans diverses circonstances. Un projet personnel mis de l’avant par la directrice de l’école primaire qui désirait trouver un moyen d’étendre le service de zoothérapie à tous les élèves et non pas uniquement à ceux confrontés avec des difficultés d’apprentissage.

«L’idée vient de moi. On utilisait déjà les services d’Hélène Desaulniers, souligne Sylvie Roussy. On en voyait l’impact et les effets immédiats. On en voulait plus. On a voulu en faire une mesure universelle. Tous les élèves aiment être en présence d’un animal. Il est là pour les écouter, il ne juge pas. En quelque sorte, il devient un employé supplémentaire, un outil d’intervention. On y voit beaucoup d’avantages.»

La directrice insiste sur le fait qu’elle assume elle-même tous les frais reliés à l’entretien de ce chien d’école. «Un enseignant rapporte parfois des choses de la maison à l’école. C’est le même exercice que je fais ici. C’est un projet pilote qui se poursuivra tant et aussi longtemps qu’il apportera les bienfaits. L’idée n’est pas là de l’étendre à d’autres écoles. C’est un projet personnel qui ne découle pas de la commission scolaire», tient à préciser Mme Roussy.

Un défi stimulant
Approchée par la directrice il y a quelques semaines, l’intervenante en zoothérapie de La Patte Complice a travaillé de concert à la réalisation de ce projet pilote qu’elle voit comme une suite logique à sa collaboration avec cet établissement scolaire. «Je suis convaincu que ce chien deviendra rapidement le meilleur ami de tous. Il sera là pour apaiser les jeunes, les rassurer. Je vois ça comme un partenariat gagnant-gagnant», déclare-t-elle.

Pour en assurer son succès, Hélène Desaulniers aura à entraîner le chien, ainsi que tous les humains qui seront appelés à le côtoyer pour s’assurer qu’un langage commun soit utilisé. «Je veux que les gens regardent le chien et qu’ils puissent se dire comment il se sent, explique Hélène Desaulniers. Ils pourront alors adapter leur action face au chien qu’on ne laissera jamais seul. On veut que l’interaction avec l’animal se fasse de la même façon pour tous. C’est la clé du succès de l’entraînement canin.»

Au cours de l’été, l’intervenante en zoothérapie de La Patte Complice entend recourir au service d’Ulysse, entre autres, pour son Camp des Complices. «Il faut s’assurer que le chien demeure actif à l’année et en contact avec les enfants. C’est impératif pour assurer la réussite de ce projet pilote qui me tient à cœur», lance celle qui invite les gens à suivre l’actualité de ce chien d’école sur Facebook : Ulysse Du Boisé ou sur Twitter.