Retard pour le prolongement de la route 138

Par Vincent Rioux-Berrouard 8:00 AM - 2 Décembre 2023
Temps de lecture :

La route 138 prend fin à Kegaska. Photo archives, Transport Québec

Le prolongement de la route 138 entre Kegaska et La Romaine en Basse-Côte-Nord accumule du retard pour sa première phase des travaux. L’échéancier de la mise en service du tronçon est présentement en révision. 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce retard, précise la conseillère en communication du ministère des Transports, Caroline Rondeau.

Il y a la pénurie de main-d’œuvre au niveau de la surveillance des travaux qui touche particulièrement les régions éloignées, la surcharge du marché avec les projets majeurs en cours sur la Côte-Nord et les pourparlers pour la réalisation des travaux dans le cadre d’ententes de collaboration avec les communautés autochtones.

D’une longueur de 48,8 km, le tronçon entre Kegaska et La Romaine est divisé en trois phases de travaux.

La première phase des travaux était prévue se terminer cet automne. Or, ils se termineront en 2024 en raison d’ajout d’interventions en lien avec d’anciens ponceaux qui présentent des déficiences, sur le tronçon de la route 138 déjà existante. 

Ces nouvelles interventions n’ont pas d’incidence directe sur les coûts totaux du projet, précise le MTQ.

Pour la poursuite des travaux pour le tronçon entre Kegaska et La Romaine, le déboisement est complété. Le MTQ est en attente des autorisations environnementales pour les phases 2 et 3 des travaux. Des appels d’offres devront aussi être réalisés pour trouver des entrepreneurs qui réaliseront les travaux.

Actuellement dans l’objectif de désenclaver la Basse-Côte-Nord, deux tronçons sont en réalisation. Il y a celui entre Kegaska et La Romaine, ainsi qu’entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière d’une longueur de 30 km.

La réalisation des deux tronçons représente un investissement de 695 M$. Le ministère des Transports du Québec investit 285 M$, 225,1 M$ pour la Société du Plan Nord et 185 M$ proviennent du gouvernement du Canada.

Pour désenclaver complètement la Basse-Côte-Nord, une route de 400 kilomètres est nécessaire entre Kegaska et Vieux-Fort est nécessaire.

Toutefois, Mme Rondeau précise que plusieurs défis techniques seront à relever pour sa réalisation.

Elle rappelle que le territoire sur lequel devra être construite cette route est « un relief peu montagneux avec un réseau hydrographique très développé. On y retrouve une alternance de cuvettes et de collines et également de quelques plaines. Ce mélange aléatoire de buttes rocheuses et de dépôts organiques et argileux tout au long du tracé rend la conception plus complexe », affirme-t-elle par écrit.

Partager cet article