Bettez a mis des étoiles dans les yeux des jeunes hockeyeuses 

Par Alexandre Caputo 6:00 PM - 05 Décembre 2022 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

Les jeunes joueuses de l’équipe de hockey des Nord-Côtières étaient excitées de rencontrer Ann-Sophie Bettez après la partie de samedi.

Ann-Sophie Bettez n’avait pas foulé la glace de l’aréna Conrad-Parent depuis ses années pee-wee. Ce fut donc un retour à la maison marquant pour elle et ses proches, mais aussi pour les jeunes hockeyeuses de la région qui ont eu la chance de voir une ambassadrice locale à l’œuvre.  

« C’est toujours un moment spécial de jouer devant ma famille. Mes grands-parents sont dans les estrades, ça veut dire énormément pour moi », a dit Ann-Sophie Bettez, qui peinait à trouver ses mots devant une foule aussi chaleureuse.  

« On veut donner de la place pour les prochaines générations. Moi, je suis sur mes derniers miles, mais j’espère qu’un jour ce sera à leur tour de jouer du hockey professionnel », a expliqué la joueuse de 35 ans.  

Même avant qu’elle ne joue les héros en tirs de barrage, l’admiration pour la Septilienne était palpable chez les spectateurs.  

Pour les filles du programme féminin des Nord-Côtières, la réponse était unanime lorsque venait le temps de nommer leur joueuse favorite.  

« Ann-Sophie! », scandait une jeune joueuse, « la numéro 24! », répondait une autre, « la capitaine! » pouvait-on aussi entendre à travers les sons de cloches et de trompettes.  

Selon l’entraîneure-chef de l’Atanukan M13, Mélodie Bouchard, cette fin de semaine à saveur de hockey professionnel féminin ne peut que motiver les jeunes joueuses à atteindre leurs rêves.  

« Les filles de mon équipe ont réalisé que c’était possible d’aller loin dans le hockey », a mentionné celle qui a joué dans les rangs universitaires au hockey féminin. « Elles [les jeunes] me disaient : crime, moi aussi je veux jouer là ! », a-t-elle renchéri.  

Un beau rassemblement avant les Fêtes 

Le sport est souvent une bonne raison de se réunir le temps d’un après-midi et cette fin de semaine n’a pas failli à la tâche, au grand plaisir du directeur général de Sept-Îles, M. Patrick Gwilliam, venu assister au match de samedi.  

« Être capable d’offrir un spectacle de qualité qui rassemble les gens comme ça juste avant Noël, ça fait spécial, surtout en contexte postpandémique », a-t-il dit, croisé dans les estrades.   

M. Gwilliam s’est montré élogieux à l’égard de la capitaine de l’équipe montréalaise. « Ce sont des ambassadrices comme elle ou comme Mélodie Bouchard qui donnent le goût aux jeunes de faire du sport, c’est toute une fierté pour Sept-Îles », s’est-il réjoui.  

Partager cet article