Jour « J » pour les candidats dans Duplessis

Par Alexandre Caputo 2:42 PM - 03 octobre 2022 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

C’est aujourd’hui que le peuple québécois se rend aux urnes.

Après cinq semaines de campagne électorale, c’est aujourd’hui que les Québécois et Québécoises se donnaient rendez-vous aux urnes afin d’exercer leur droit de vote. Notre Journal a réussi à interpeller trois candidats des principaux partis dans la circonscription de Duplessis alors qu’ils s’apprêtaient à déposer leur bulletin.

Kateri Champagne-Jourdain, Coalition Avenir Québec

C’est tout sourires que Mme Champagne-Jourdain s’est présentée aux urnes en cette journée d’élections

En tête des sondages au moment d’aller déposer son bulletin de vote, Mme Champagne-Jourdain se dit satisfaite de la campagne qu’elle a menée.

« J’ai connu une campagne à mon image, je voulais miser sur de nouvelles idées et des engagements. Je suis très fière des engagements que j’ai pris et j’espère pouvoir les concrétiser », explique la candidate innue. 

Si l’expérience était à refaire, la caquiste explique qu’elle aurait aimé avoir plus de temps pour rendre visite aux gens de la circonscription.  

« Avec un territoire de 250 000 km2, nous étions limités, alors il y a beaucoup d’endroits où j’aurais aimé aller, ou encore retourner. Mais ça fait partie de notre réalité », mentionne-t-elle.

Marilou Vanier, Parti québécois

Malgré un retard dans les sondages, Mme Vanier est confiante de pouvoir l’emporter dans la circonscription de Duplessis.

Ayant pris sa décision d’accepter le défi électoral tout juste avant le début de la campagne, Mme Vanier reconnaît que quelques semaines supplémentaires pour se préparer l’auraient rendue plus confiante. 

« C’est sûr que je me suis décidé un peu sur le tard, mais comme je disais, je devais penser à ma famille d’abord », explique la mère de famille qui en était à sa première campagne électorale comme candidate. 

La péquiste mentionne avoir adoré son expérience, qui s’est avérée plus positive et plus simple que ce à quoi elle s’imaginait. 

« Je ne m’attendait pas à avoir autant de liberté au niveau de mes idées, mais tout au long de cette campagne j’étais en base avec mes convictions », se réjouit celle qui a bien l’intention de porter les couleurs du Parti Québécois à nouveau lors des prochaines élections. 

Roberto Stéa, Parti Conservateur du Québec

M. Stéa est satisfait de sa première expérience électorale.

Pour le candidat conservateur, les points à retenir de cette campagne sont l’énergie et le soutient de la population envers son parti.

« Nous avons vu le positivisme des gens et leur espoir. Nous avons vu des gens qui sont tannés de se faire mentir par le gouvernement Legault et qui sont prêts à voir du changement », soutient celui qui croit encore en ses chances pour la présente élection. 

M. Stéa ne se gêne pas pour dire que sa campagne s’est très bien déroulée, mais que lorsque l’expérience sera à refaire aux prochaines élections, il aimerait s’entourer d’une équipe de campagne. 

« J’ai tout fait seul cette année, je n’avais pas de directeur de campagne ni d’attaché de presse. J’ai été capable et ça s’est bien passé, mais ça aurait été encore mieux si j’avais été entouré d’une équipe », explique-t-il. 

Pour sa part, le représentant de Climat Québec, M. Jacques Gélineau, se dit satisfait de la campagne qu’il a menée, même s’il considère que la population est loin d’être aussi politisée qu’elle l’a déjà été. M. Gélineau n’a pas l’intention de se représenter aux prochaines élections.

Les candidats de Québec Solidaire et du Parti Libéral du Québec n’ont pas pu être rejoints aujourd’hui.

Le candidat libéral, M. Chamroeun Khuon, a exercé son droit de vote le 28 septembre dernier. Photo courtoisie
La candidate de Québec Solidaire, Mme Uapukun Mestokosho.

Partager cet article