Qu’arrivera-t-il aux écureuils du Parc Aylmer-Whittom?

Par Marie-Eve Poulin 6:00 AM - 07 septembre 2022
Temps de lecture :

Le Parc Aylmer-Whittom à Sept-Îles est fermé pour la période des travaux de juillet à octobre.

Même s’il n’est pas recommandé de nourrir les animaux sauvages, les citoyens qui se rendent au Parc Aylmer-Whittom pour y faire une promenade nourrissent les écureuils depuis de nombreuses années. Cette habitude, bien que plaisante pour petits et grands, pourrait avoir des conséquences sur ces petits rouquins. Le parc étant fermé aux visiteurs en raison des travaux, les écureuils se retrouvent privés de leur précieux butin gastronomique qu’ils allaient quérir auprès des gens.

Il est facile de constater que ces animaux sauvages se nourrissant habituellement de nourriture trouvée naturellement ont partiellement abandonné leur mode de vie, suite aux habitudes acquises en raison du comportement humain. Les petites bêtes deviennent parfois à la limite agressives pour recevoir des arachides des passants, en grimpant sur eux, ce qui donne par moment lieu à quelques petites frayeurs.

Y’a-t-il des impacts sur l’animal, suite à l’arrêt soudain de ce nouveau mode de vie créé par l’humain? Rappelons que le parc est fermé pour trois mois, afin de subir un réaménagement.

Ils trouveront, dit le MFFP
Valérie Ouellet, conseillère en communication du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs n’est pas inquiète pour la survit des écureuils.

« Même si la diète des écureuils du parc Aylmer-Whittom est en partie composée de nourriture d’origine humaine, une certaine proportion de son alimentation provient du milieu naturel. Les écureuils sont en mesure de trouver la nourriture nécessaire à leur diète et à la constitution de leurs réserves pour l’hiver », explique-t-elle.

« La superficie de leur domaine vital est inversement proportionnelle à la disponibilité de nourriture. Ainsi, les écureuils du parc étendront leur recherche de sources de nourriture, comme alternatives à la nourriture humaine à laquelle ils sont habitués », ajoute-t-elle.

Une question demeure: les arachides récoltées directement dans les mains des passants leur servent-elles de nourriture, ou de simple réserve et est-ce réellement un aliment qui fait partie de son régime alimentaire?

Les gens ne devraient pas nourrir les écureuils d’arachides, et encore moins si elles sont crues, car elles peuvent contenir des champignons (aflatoxine) pouvant nuire à leur santé.

Mme Ouellet explique que l’alimentation de ce petit animal varie selon son habitat et la saison. Il mange habituellement des baies, fleurs, bourgeons, fruits, escargots, œufs d’oiseaux, pommes de pin, graines, champignons et même des insectes. Les noix et noisettes font aussi partie de son alimentation.

Pas interdit
Bien qu’il ait trouvé la question très rigolote, mais comprenant tout de même l’inquiétude, le Maire a pris le temps de commenter le sujet et ne se dit pas inquiet concernant la survie des écureuils, considérant que ce sont des animaux sauvages et qu’il croit que ces petits animaux pourront manger des aliments trouvés dans la forêt, ce qui fait habituellement partie de leur alimentation.

La Ville de Sept-Îles indique que: « Rien dans la réglementation municipale n’interdit de nourrir les animaux sauvages (sauf pour les pigeons). Ceci dit, pour leur bien-être, il est recommandé de ne pas le faire ».

Partager cet article