L’effet domino responsable de la pénurie de papier

Par Marie-Eve Poulin 6:00 AM - 05 mai 2022
Temps de lecture :

La pénurie de papier pourrait durer un bon moment. Photo Pixabay

Les entreprises de la région et partout au pays, ont de la difficulté à s’approvisionner en papier et la situation ne devrait pas s’améliorer sous peu au contraire. Nous faisons face à une pénurie causée par une multitude de facteurs qui s’additionnent et détrompez-vous, la pandémie n’est pas l’unique cause du problème, loin de là.

Une petite partie de la pénurie est effectivement liée à la pandémie on ne peut le nier, mais la principale raison est la baisse de demande de papier qui durait depuis environ 2018. De plus, des moulins nord-américains ont dû faire de nombreux changements dans leur production vu l’importation du papier qui était beaucoup moins cher à l’étranger.

« La situation n’étant pas rentable, certains moulins ont complètement fermé et d’autres ont choisi de transformer leurs machines pour produire autre chose que du papier comme des couches pour bébés ou des sous-vêtements d’incontinence », explique Sonia Pelletier de l’entreprise Ariva, une division de Domtar.

Ensuite vient la pandémie. Certains moulins doivent fermer et d’autres débordent de papier dans les inventaires ce qui accélère le désir de changer leurs équipements. Toutefois, les entreprises ne pouvaient pas prévoir le soudain engouement pour le papier vu la décroissance des dernières années. Pendant la pandémie, les moulins ont complètement vidé leurs inventaires vu l’incertitude du moment concernant l’après-pandémie et la reprise de l’économie.

« On ne s’attendait pas à une économie qui va somme toute bien et que les gens pourraient dépenser donc tout le secteur manufacturier n’arrive pas à suffire à la demande après pandémie », ajoute Mme Pelletier. 

Pour mieux comprendre la situation, Mme Pelletier y va d’une comparaison: « Avant on pouvait attendre deux semaines avant d’avoir un fauteuil livré chez nous, maintenant les délais sont beaucoup plus longs. C’est pareil pour le papier, il faut attendre la production». 

Selon Mme Pelletier, présentement les moulins sont incapables de mettre un inventaire sur leur plancher car tout est vendu aussitôt produit. Il en va même d’un délai de six mois pour recevoir une commande placée dans les petits moulins.

De plus, un malheureux accident s’est produit à l’usine Domtar de Windsor en Estrie où deux travailleurs ont chuté d’un échafaudage en octobre dernier. L’usine a donc été fermée pour enquête de la CNESST et c’est seulement mi-janvier que les opérations reprenaient à pleine capacité.

Transport, main d’oeuvre et conteneurs

Si on survole un peu les divers autres problèmes, on comprend que les causes sont multiples dans cette pénurie.

À Vancouver, il y a un gros manque de main-d’œuvre qui ralentit le déchargement des « container » et les bateaux peuvent attendre parfois une dizaine de jours sur l’eau. Les inondations dans l’Ouest canadien ont aussi eu un impact vu les routes inutilisables. N’oublions pas la pénurie de chauffeurs de camion qui cause des délais de quelques jours avant que les chargements puissent prendre la route.

Fait non négligeable, un vraquier s’est échoué dans le canal de Suez le 23 mars 2021 ce qui a causé l’obstruction totale du canal empêchant 422 bateaux de traverser jusqu’au 3 avril 2021. Cet événement a eu des répercussions sur l’approvisionnement en papier en alourdissant le trafic maritime. De plus, les bateaux de matériel essentiel étaient déchargés en premier ce qui vient ralentir la réception du papier.

Des restrictions de conteneurs viennent aussi ralentir l’approvisionnement. « Beaucoup de produits proviennent de l’Europe et compte tenu de la pénurie de “container” et qu’ils sont donc restreints fait en sorte que les moulins en Europe sont capables de répondre à la demande, mais ne peuvent pas l’expédier à cause du manque de conteneur. Même chose pour les produits asiatiques et nous avons un nombre restreint de conteneurs par mois on ne peut pas en prendre plus », explique Mme Pelletier.

Grèves

En Finlande, le moulin UPM était en grève depuis janvier. Pendant quatre mois aucun papier n’a été produit dans ce moulin.

Un des gros fabricants d’enveloppes ici au Québec s’approvisionnait à ce moulin ce qui cause une pénurie d’enveloppes. Il est présentement impensable de faire des campagnes de publipostage ou toute autre activité nécessitant une grande quantité d’enveloppes.

Des grèves ont eu lieu dans des ports importants, qui ont fait en sorte que des bateaux ont due être détournés vers d’autres ports ce qui vient créer d’autre congestion.

Partager cet article