Un partenariat en éducation entre Uashat mak Mani-utenam et l’Université Laval

Par Vincent Rioux-Berrouard 3:36 PM - 04 mai 2022
Temps de lecture :

Mike Mckenzie, Chef d’ITUM, Vicky Lelièvre, directrice du secteur éducation à ITUM et Robert Beauregard, vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes de l’Université Laval.

Une étape importante a été franchie ce mercredi vers l’autodétermination en éducation de la communauté de Uashat mak Mani-utenam avec la signature d’une entente-cadre d’une durée de cinq ans entre le conseil (ITUM) et l’Université Laval.

Cette entente comprend notamment un plan d’action pour 2022-2023. Dans celui-ci, on retrouve notamment des projets d’aménagement linguistique et culturel avec l’appui du Département d’anthropologie, des offres de formation par l’entremise du Centre régional de formation aux adultes de Uashat mak Mani-utenam, des collaborations avec le programme Rouge et Or visant à favoriser la persévérance dans les études, et des améliorations de la santé des femmes et des enfants autochtones avec la participation de la Faculté des sciences infirmières.

« J’ai toujours considéré l’éducation comme un pilier important pour nous aider à nous projeter dans l’avenir en proposant un ensemble d’opportunité à nos jeunes. Cette entente-cadre nous permettra d’offrir des outils de la -prématernelle jusqu’à l’université », affirme le chef de la communauté de Uashat mak Mani-utenam

Cette démarche s’inscrit dans un effort de concerter de l’Université Laval qui depuis 2019 qui souhaite favoriser la réconciliation et l’autodétermination des peuples autochtones.

« Cette entente-cadre va nous permettre de travailler avec la communauté dans le domaine de l’éducation, mais aussi de poursuivre des objectifs dans le domaine de la santé, en persévérance scolaire, en formation continue pour ainsi remplir tous les besoins », explique Robert Beauregard, vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes de l’Université Laval.

Un pôle universitaire innu

Parmi les chantiers que ITUM veut mettre en oeuvre avec l’Université Laval au cours des prochaines années, il y a celui d’un pôle universitaire innu.

Pour la communauté de pouvoir offrir un parcours du primaire jusqu’au niveau universitaire est un objectif.

« On veut rendre les formations universitaires, plus accessibles aux membres de notre communauté. Plusieurs d’entre eux ont des familles, donc partir étudier à Québec est un grand défi pour eux. Avoir un pôle universitaire dans notre communauté serait un grand avantage qui nous permettrait d’avoir un meilleur encadrement auprès de nos étudiants », souligne Vicky Lelièvre, directrice du secteur éducation à ITUM.

Elle ajoute que la communauté a elle aussi besoin de main-d’œuvre formée dans plusieurs domaines comme ceux de la santé, de l’éducation, de l’administration, de la sécurité et bien d’autres. Ainsi, un pôle universitaire viendra contribuer à combler ses besoins en formant des gens de la communauté.

De son côté, l’Université Laval se montre ouverte à cette idée.

 « C’est le vœu de la communauté d’avoir un pôle postsecondaire ici, donc on va voir comment on peut aider à concrétiser cela. On offre plus de 136 programmes entièrement à distance donc cela fait un bassin de cours qui seraient disponibles pour les gens qui souhaitent rester dans la communauté », explique Robert Beauregard.

Partager cet article