Activités pour les finissants : le directeur de l’IESI déplore le manque de cohérence

Par Sylvain Turcotte 11:21 AM - 02 juin 2021
Temps de lecture :

« On se fait tirer la plug sur le scénario de l’an passé », le premier commentaire du directeur de l’Institut de l’enseignement de Sept-Îles, Mathieu Brien, au sujet des activités de finissants.

Après l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux du 31 mai sur les consignes permettant la tenue de des activités pour souligner le passage au secondaire des finissants, le directeur de l’école privée a communiqué avec la Santé publique régionale. Il n’a pas eu la réponse souhaitée.

L’an dernier, l’IESI avait tenu une collation de grades un samedi, en formule ciné-parc, alors que les finissants défilaient à tour de rôle. « On respectait les mesures dans le pire de la pandémie et là, on est à quelques jours d’être en zone verte et à près de 75% de vaccination. Ça manque de cohérence », soulève-t-il.

M. Brien espère que la Santé publique pourra entendre raison alors que ce n’est pas un bal de finissants, « un party » que les écoles organisent, mais une remise de diplômes, « avec les voitures à deux mètres de distance, qu’un foyer de résidence par auto et en plus on limite la grosseur des véhicules pour ne pas qu’un élève arrive avec un 24 passagers et toute la famille à bord ».

« Je souhaite que la Santé publique régionale ait plus de droits de gestion ».

Le directeur de l’IESI s’appuie d’ailleurs sur le fait que 75% de ses élèves seront vaccinés d’ici lundi. Son école a été la première à être vaccinée sur la Côte-Nord.

Il sent déjà la colère chez les élèves et les parents. Il mentionne qu’ils ont souffert depuis un an avec les différents changements. « Ils s’accrochaient à cet événement, mais à deux semaines, on se fait tirer la plug, a-t-il répété. C’est une méchante douche d’eau froide ».

Depuis le début de la pandémie, Mathieu Brien dit avoir soutenu toutes les mesures, d’avoir fait 100% confiance en la Santé publique, mais là il considère qu’il y a un manque de cohérence.

Plan B

La direction de l’Institut d’enseignement de Sept-Îles doit se pencher sur un nouveau scénario, dans le respect des consignes. L’événement devra se tenir sur les heures de classe et sur les lieux de l’école.

L’option envisagée est le vendredi 11 juin en après-midi. « On se laisse quelques jours pour espérer ».

Réactions du CISSS

Lors du point de presse du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, le directeur de la Santé publique sur la Côte-Nord, Dr Richard Fachehoun, a indiqué qu’il s’agit d’une règle provinciale et qu’il y a une période d’ajustements avec les nouvelles mesures et qu’il faut éviter la transmission.

« La situation sera surveillée de près et on continue d’échanger avec les établissements. »

De son côté, le président-directeur général par intérim du CISSS, Claude Lévesque, s’appuie sur le fait que la région n’a pas encore atteint le taux maximal chez les jeunes.

Arruda prêt à réévaluer la situation

Selon Radio-Canada, le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, promet de réévaluer la décision d’annuler les bals des finissants pour les élèves du secondaire.

« Je m’engage à refaire une certaine évaluation très rapide avec mes équipes, pour voir dans quelles conditions potentiellement et quand ça pourrait avoir lieu. Une partie importante de l’équation va être la couverture vaccinale, a-t-il précisé à Radio-Canada, soulignant au passage qu’il entend l’appel des jeunes.

Partager cet article