Divergences au conseil sur le projet de production de cannabis

Par Jean-Christophe Beaulieu 12:00 AM - 23 octobre 2018
Temps de lecture :

Le règlement pour le zonage du cannabis a encore une fois soulevé des préoccupations lundi soir à la séance du conseil municipal. Mais cette fois-ci, ce sont les conseillers qui ont lancé leurs points de vue, certains ne se disant pas d’accord avec ce qui se passe à ce niveau.     

«C’est 75 emplois qu’on perd, dans une ville où c’est drôlement important [les emplois]!», a fait valoir Denis Miousse quand est venu le temps d’adopter le règlement sur le zonage du cannabis.

Le parc Ferco, à l’entrée de la plage Monaghan, avait été identifié il y a quelques semaines comme un endroit propice aux projets de production de cannabis par le conseil municipal. Un entrepreneur avait d’ailleurs fait valoir son intérêt de développer un tel projet. Mais les résidents du secteur, devant le manque d’information sur les nuisances pouvant être causées, ont renversé la vapeur.

Point de vue divers chez les conseillers

M. Miousse n’est pas le seul conseiller à avoir fait preuve de réticence. Charlotte Audet a même voté contre l’adoption du règlement, se disant préoccupée d’aller contre le développement économique. Gervais Gagné a quant lui exprimé son malaise quant aux médias et au promoteur.

«J’appuie la réglementation, je voulais voter contre au début, mais maintenant je comprends. Mais je déplore que les médias n’aient véhiculé juste une voix. Ça fait en sorte qu’on empêche une entreprise, un promoteur qui veut se démarquer et faire un produit vert, d’aller de l’avant», a lancé M. Gagné.

Michel Bellavance, conseilleur du district Sainte-Famille, a rappelé que la «majorité du conseil» voulait qu’il soit possible de développer la production de cannabis au parc Ferco.

«De toute façon, il ne faut pas oublier une chose. Un règlement de zonage, ça se modifie, on va pouvoir le changer bientôt», a-t-il laissé entendre.

Responsabilité du promoteur

La responsabilité du promoteur aura aussi été critiquée. La conseillère du district de Ferland l’a formulé clairement.

«Il ne faut pas oublier que les promoteurs ont des responsabilités. Ils ont un rôle, ce n’est pas qu’à la Ville de tout porter. À entendre certains, à chaque fois que quelque chose ne fonctionne pas, c’est la faute de la municipalité ou des élus. Mais il y a toujours deux côtés dans toute situation et je crois que tout le monde n’a pas joué son rôle dans le cas présent», a mentionné Guylaine Lejeune.

Le maire a confirmé que les conseillers ne voyaient pas de difficultés à permettre le projet, malgré les préoccupations soulevées par les citoyens du secteur.

«Ils auraient souhaité qu’on continue avec Ferco et ils ne voyaient pas les préoccupations quant aux nuisances d’un projet de production de cannabis comme inquiétantes pour l’instant», a mentionné Réjean Porlier en séance lundi soir. «Moi à la place du promoteur, je me serais présenté publiquement», a-t-il renchéri.

Partager cet article