Investissements sur la 389 : les Innus se disent «mis à l’écart»

Par Emy-Jane Déry 12:00 AM - 30 juillet 2018
Temps de lecture :

Mike McKenzie.

La communauté innue de Uashat mak Mani-Utenam s’estime mise à l’écart des projets sur son territoire ancestral et affirme ne pas être «reconnue» par les gouvernements comme un «partenaire de premier plan» dans les différents projets qui y sont développés.

Le gouvernement fédéral a confirmé, vendredi après-midi, à Baie-Comeau, un investissement de 183 M$ dans le vaste programme d’amélioration de la route 389. Cette contribution représente près de 40 % du coût total des travaux de 468 M$ prévus sur 10 ans. Les investissements visent notamment à donner un meilleur accès aux ressources minérales de la fosse du Labrador, dans le cadre du Plan Nord.

Par voie de communiqué lundi, le Chef Mike Mckenzie a déploré que malgré plusieurs lettres acheminées dans les dernières années aux divers ministres responsables des transports au Québec, les demandes de la communauté soient restées sans réponses.

«Le gouvernement du Québec nous avait pourtant promis qu’on participerait de manière active aux travaux sur la route 389», dénonce-t-il.

«La fosse du Labrador et une partie importante du programme d’amélioration de la route 389 se retrouvent dans le territoire traditionnel des Innus de Uashat mak Mani-Utenam, le Nitassinan. Territoire sur lequel les Innus continuent d’affirmer posséder le titre ancestral et des droits ancestraux», rappelle la communauté.

Ainsi, les Innus considèrent que le projet de la route 389 se fait sans leur consentement et en l’absence d’une consultation adéquate, ainsi que d’accommodement.

«On n’est pas contre le développement responsable sur notre territoire pourvu que les gouvernements et les promoteurs nous considèrent comme de réels partenaires et opèrent dans le respect de nos droits», conclut le Chef Mckenzie.

Partager cet article