La Claque Rose fracasse les 62 000$

Par Sylvain Turcotte 12:00 AM - 27 mars 2018
Temps de lecture :
Claque Rose

Un montant record de 62 082$ pour la Claque Rose 2018 que présentent les membres du comité organisateur, Marie-Claude Quessy-Légaré de la Fondation régionale Hôpital Sept-Îles et le président d’honneur, le « Gaston» Mario Jourdain. La 10e édition pourrait cependant être la dernière avant un bout.

La Fondation régionale Hôpital Sept-Îles a en banque la somme nécessaire pour l’acquisition d’un mammotome sur table couchée pour aider les femmes dans leur traitement du cancer du sein. La Claque Rose, le tournoi de curling féminin pour la cause, a mis la touche finale à sa contribution de ce projet de cinq ans avec la Fondation. La 10e édition, qui a animé avec fierté le Club de curling de Sept-Îles en fin de semaine dernière, a permis de récolter 62 082$. 36 équipes pour quelque 140 joueuses y ont pris part.

Quand la présidente de la Fondation régionale Hôpital Sept-Îles, Marie-Claude Quessy Légaré, a lancé ce projet de mammotome sur table couchée à la Claque Rose en 2014, elle se trouvait audacieuse vu l’ampleur du montant (environ 250 000$). Même celle qui coordonne le tournoi de curling depuis sa première édition, Natacha Savoie, avait eu droit à une réaction de la part des membres de son comité.

Cinq ans plus tard, l’objectif est plus qu’atteint. Il est même dépassé d’un peu plus de 52 000$, surplus qui servira à donner de l’amour à la salle d’oncologie. «Il y a une liste des améliorations à apporter», a mentionné Mme Quessy-Légaré, qui quitte la Fondation pour relever de nouveaux défis au CISSS.

Les sous pour le nouvel équipement sont là, mais l’hôpital de Sept-Îles en fera son acquisition que lorsque le portrait des radiologistes dans la région sera favorable. Le portrait est d’ailleurs le même à d’autres endroits en province alors que les professionnels de la radiologie se font rares.

La fin?

Comme la Fondation n’a pas d’autres projets dans ses plans pour la Claque Rose, toujours en lien avec sa cause, fort possible qu’il n’y ait pas d’édition en 2019.

«Ce que je retiens de la Claque Rose, c’est la fierté, la convivialité et le plaisir. C’est une belle conclusion et un beau chapitre qui se ferme», a indiqué Mme Quessy-Légaré, convaincue de laisser un organisme fort.

La fierté, c’est aussi le mot qui ressort des propos de Natasha Savoie, autant pour les fruits de la récolte record de 2018, que pour l’ensemble de l’événement depuis ses débuts. Et dire qu’à la première édition, l’objectif était de 3 000$. En dix ans, la Claque Rose a récolté près de 400 000$ pour la Fondation régionale Hôpital Sept-Îles.

«La fierté prend tout son sens quand tu vois que les efforts mis font la différence. La fierté et la reconnaissance d’avoir rassemblé les gens. La base du succès, ce sont les gens qui franchissaient la porte. On a la satisfaction d’avoir fait la différence. Il faut être motivé par quelque chose», a-t-elle souligné.

Présidence d’honneur au masculin

En marge de cette 10e édition vendredi soir, le comité organisateur s’était gardé la surprise de la présidence d’honneur jusqu’à l’ouverture officielle. Gaston pour une huitième année, un des hommes au service de la gent féminine pour le tournoi, Mario Jourdain était plus qu’ému lors de l’annonce. Un honneur certainement plus que mérité. En huit ans, il aura recueilli un peu plus de 51 000$. Son apport à la cause s’est fait lorsqu’une amie était atteinte du cancer. Ne sachant quoi dire, il a démontré son amour et son soutien par son dévouement.

Partager cet article