Lorraine Richard : bilan entre réussites et déceptions

Par Frédérick Jolicoeur Tétreault 12:00 AM - 22 juin 2017
Temps de lecture :

Alors qu’elle vient de terminer sa 14e session parlementaire en tant que députée de Duplessis à l’Assemblée nationale, Lorraine Richard pose un bilan positif du travail accompli par son équipe, mais plus négatif en ce qui concerne «le désengagement libéral avec la région de la Côte-Nord».

«Ma priorité c’est de faire bouger les choses de manière positive pour notre région et je suis extrêmement fière d’être parvenue à mener tous ces dossiers à des dénouements heureux», a indiquée la députée de Duplessis par voie de communiqué.

Parmi ses bons coups, Lorraine Richard rappelle notamment les nombreuses questions posées au ministre des Affaires autochtones Geoffrey Kelley concernant le dossier des revendications autochtones sur la rivière Moisie. Ses questionnements ont contribué à l’aboutissement d’une rencontre entre le gouvernement et le conseil de bande.

«Est-il capable aujourd’hui d’appeler le conseil de bande et de planifier une rencontre? Ça fait trois ans qu’il étudie le dossier, il connaît les demandes du conseil de bande», avait demandé la politicienne au ministre des Affaires autochtones.

Elle souligne aussi son influence en ce qui concerne l’imposition de critères d’admissibilité au programme du Fonds d’initiatives du Plan Nord par la Société du Plan Nord, ainsi que son intervention dans le dossier du nouveau CPE de Port-Cartier, qui a d’ailleurs débouché sur une permission d’aller de l’avant de la part du ministère.

La Cayenne n’a également pas manqué de mettre en lumière ses interventions qui ont permis d’obtenir le financement manquant pour la nouvelle maison d’hébergement des aînés de Gros-Mécatina, en Basse-Côte-Nord.

Déceptions

«Force est d’admettre que le gouvernement libéral abandonne carrément la Côte-Nord à elle-même en ces temps difficiles », lance-t-elle en contrepoids à une première moitié de bilan plus positive.

Pour appuyer son propos, elle évoque tout d’abord le dossier d’Optilab qui a fait couler beaucoup d’encre cet hiver, en plus de générer une pétition sur laquelle 11 000 Nord-Côtiers ont apposé leur signature en signe d’opposition au projet.

« Malgré cette extraordinaire mobilisation contre Optilab, le ministre Barette a fait la sourde oreille», déplore Lorraine Richard.

Autre dossier chaud, celui du budget Leitao qui ne prévoit «pas de relance économique pour la Côte-Nord». Dans son bilan, la députée écorche notamment le Fonds d’appui au rayonnement des régions, la Stratégie maritime «où il n’y a presque rien pour notre région», ainsi que l’extension du réseau de distribution de gaz naturel «où la Côte-Nord est carrément mise de côté».

Concernant le Plan Nord, la députée dit avoir demandé, en vain, que plus d’autonomie soit accordée aux antennes régionales de la Société du Plan Nord, dont le rôle «se limite à envoyer les dossiers au bureau de Québec et à attendre les décisions», résume-t-elle.

Pas dupes

Lorraine Richard termine son bilan en suggérant que «le PLQ attend probablement la période pré-électorale pour faire de grosses annonces et favoriser son, ou sa candidate». Elle croit tout de même que «les citoyens de Duplessis ne seront pas dupes et se rappelleront en 2018 que le PLQ n’a pratiquement rien fait pour eux  quand ils n’étaient pas en période pré-électorale».

 

Partager cet article