Électrification des transports: la Côte-Nord demeure la grande oubliée

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 07 juillet 2016
Temps de lecture :

Les propriétaires de véhicules électriques de la Côte-Nord doivent prendre leur mal en patience et continuer d’espérer, car la région ne fait pas partie du vaste déploiement d’un corridor de recharge rapide annoncé par Québec le 20 juin. Déjà qu’au chapitre des bornes de recharge tout court, elle demeure le parent pauvre de la province avec seulement deux installations publiques à 240 volts, l’une à Tadoussac et l’autre à Baie-Comeau.

Par Charlotte Paquet

Pierre Cournoyer, un citoyen de Chute-aux-Outardes, a fait l’acquisition d’une voiture i-MiEV chez un concessionnaire Mitsubishi de Québec au début juin. Son fils a dû la lui livrer à Baie-Comeau en passant par l’autoroute 20 et le traversier, car c’était tout simplement impossible de relier Québec à Baie-Comeau par la route 138 en raison de la quasi-absence de bornes de recharge.

Si M. Cournoyer s’est tourné vers un véhicule électrique, c’est qu’il est tombé en amour avec la petite i-MiEV, mais aussi pour faire sa part dans le projet d’électrification des transports au Québec. Il s’est lancé dans l’aventure en se disant que le réseau de bornes de recharges atteindra bien la Côte-Nord prochainement.

Or, l’annonce du premier ministre Philippe Couillard de développer un corridor de bornes de recharge rapide le long de l’autoroute 20 entre Montréal et Mont-Joli d’ici la fin de 2016, afin d’atteindre sa cible de 100 000 véhicules électriques immatriculés au Québec d’ici 2020, l’a fait réagir.

« Nous, on n’est jamais dans les plans, on croirait. Comment ça se fait que sur notre belle Côte-Nord, où il y a les grands barrages qui fournissent l’électricité au Québec, on ne soit jamais là? Le problème de fond, c’est qu’on dirait qu’on ne fait pas partie des projets », déplore le citoyen, qui a interpellé le premier ministre directement à ce sujet par lettre, la journée même de son annonce de déploiement. Dès le début juin, il avait aussi adressé ses doléances au ministère des Transports.

« Ce que je dis, c’est : oubliez-nous pas, nous aussi on veut participer aux changements », maintient celui qui ne veut rien enlever aux autres régions, mais souhaite quand même des développements pour la sienne. M. Cournoyer se dit assuré que l’expansion du réseau de bornes de recharge électrique dans les régions de Charlevoix et de la Côte-Nord serait un incitatif pour encourager les gens à se tourner vers ces véhicules de l’avenir.

Recherche de partenaires

Chez Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty, porte-parole en matière d’électrification des transports, comprend l’incompréhension et les attentes des propriétaires de véhicules électriques de la région. « On travaille aussi pour avoir des bornes de recharge sur la Côte-Nord. Ça fait partie de nos plans, mais le modèle d’affaires du circuit électrique, c’est de développer le réseau avec l’aide de partenaires et on est à la recherche de partenaires sur la Côte-Nord », indique-t-il.

Hydro-Québec veut développer le réseau de bornes de niveau 2 à 240 volts (six à huit heures pour une recharge complète) et de niveau 3 à 400 volts (20 à 30 minutes pour une recharge complète), tout en étant bien consciente que les bornes publiques de moindre capacité servent normalement à recharger partiellement les véhicules électriques. Le niveau 1 équivaut à la borne de 120 volts au domicile des propriétaires. « Le réseau de niveau 2 est un réseau d’appoint. C’est un réseau pour la recharge d’appoint puisque c’est la maison qui devient votre station-service principale », mentionne M. Batty.

Le restaurant St-Hubert Express de Baie-Comeau a sa borne de recharge à 240 volts, tout comme la Maison du tourisme de Tadoussac. Les deux partenaires ont investi près de 7 000 $ pour en faire bénéficier leur clientèle. Hydro-Québec a également installé deux de ces bornes à son centre d’interprétation de Manic-5.

Pour leur part, les bornes de recharge rapide représentent un coût de 60 000 $ l’unité. La facture est défrayée en parts égales par Hydro-Québec et ses partenaires. Aucune de ces bornes ne se trouve encore sur la Côte-Nord.

Des pas franchis

Des pas ont cependant été franchis dans le déploiement des bornes de recharge rapide à l’est de Québec, le long de la route 138. Une borne est disponible à Saint-Tite-des-Caps et une autre le sera bientôt à Baie-Saint-Paul. « Idéalement, il nous en faudrait aussi à La Malbaie et à Tadoussac », poursuit M. Batty.

Évidemment, Hydro-Québec espère que les principales villes de la Côte-Nord puissent être intégrées au réseau. « Mes collègues sur la Côte-Nord me disent qu’ils ont plusieurs demandes d’information de restaurateurs et d’autres commerces qui souhaitent installer des bornes, mais on n’a pas de confirmation pour le moment », avoue le porte-parole.

Partager cet article