Suggestion commune de 42 mois d’emprisonnement pour Dany Girard

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 23 juin 2016
Temps de lecture :

La Couronne et la défense ont proposé à la juge Louise Gallant une peine de 42 mois de prison pour Dany Girard. Ce dernier a plaidé coupable lundi à deux chefs d’accusation de conduite dangereuse et un chef de vol de voiture. La juge a pris le dossier en délibéré.

La suggestion de 42 mois d’emprisonnement est accompagnée d’une interdiction de conduire un véhicule motorisé durant trois ans a compté de la fin de la peine et l’interdiction de posséder une arme à feu pour les 10 prochaines années.

Il lui serait aussi interdit de communiquer durant sa peine avec le conjoint d’Érika St-Gelais, le passager qui l’accompagnait le soir du drame en novembre 2014 et le propriétaire de la voiture volée. La juge devra prendre en compte le temps accumulé en détention préventive par Dany Girard dans l’attende d’une décision. Il est en détention préventive depuis 4 mois. Une date sera fixée le 11 juillet pour rendre la décision.

Lundi, l’accusé a enregistré des plaidoyers de culpabilité pour conduite dangereuse causant la mort d’Érika St-Gelais, conduite dangereuse causant des lésions corporelles, vol de véhicule et défaut d’accomplir 40 heures de travaux communautaires dans un délai de six mois. Dany Girard a été reconnu coupable de ce dernier chef, n’ayant accompli que 10,5 heures sur les 40 requises.

«Sentiment de vide»

Le père d’Érika St-Gelais, René Deschênes, a l’impression «de vivre un cauchemar», a-t-il écrit dans une déclaration qui a été lue par le procureur de la Couronne. M. Deschênes dit vivre «un sentiment de vide par l’absence de (sa) fille» et un «sentiment de déchirement» lorsque le garçon de 4 ans de sa fille «demande sa mère».

Dans une autre déclaration lue par le procureur devant la juge, le conjoint d’Érika St-Gelais, Sébastien Gagnon, affirme aussi que son fils «demande sa mère tous les jours». Il dit avoir consulté pour une dépression et avoir été incapable de travailler durant un an et demi. Autant le conjoint que le père affirment être toujours médicamentés en lien avec cet événement. D’autres déclarations ont été remises au ministère public sans être lues.

Dans les semaines qui ont suivi l’accident de novembre 2014, Dany Girard a écrit une lettre destinée à la famille de la victime qui a été lue par son avocat. «Je regrette et je suis sincèrement désolé. Depuis l’événement, je suis beaucoup bouleversé psychologiquement. Par la présente, j’espère obtenir votre pardon», a-t-il exprimé.

Les faits

Dans la nuit du 4 novembre, le véhicule volé, dans lequel prenaient place Dany Girard et un autre homme de 20 ans, est entré en collision avec une voiture qui venait en sens inverse, dans une courbe de la route 138, près de Port-Cartier. Érika St-Gelais, 28 ans de Sept-Îles, a perdu la vie et son poupon a dû être transféré dans un hôpital de Montréal pour soigner des lésions internes. Son conjoint, qui conduisait le véhicule, n’a pas été blessé.

En août, Dany Girard a plaidé coupable à des bris d’engagement survenus le 24 juin, dont conduite dangereuse, poursuite policière, possession de drogue et voies de fait contre un agent de la paix. Il a été condamné à une peine de 293 jours de prison.

Partager cet article