Louise Portal: Les confidences d’une ambassadrice du cinéma québécois  

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 24 janvier 2016
Temps de lecture :

Parmi les invités de la 26e édition du festival Ciné 7, on retrouve Louise Portal que les cinéphiles peuvent voir en vedette sur grand écran dans «Paul à Québec» et «Le Garagiste». Une actrice reconnue qui exerce ce métier avec autant d’authenticité et de passion qu’à ses débuts.

Considérée par plusieurs comme une véritable ambassadrice du cinéma québécois, Louise Portal cumule, depuis plus de 40 ans, les apparitions à la télévision et au cinéma. «Je me compte chanceuse d’avoir une aussi bonne étoile. Dans ce milieu, il est difficile d’obtenir une pérennité. Je n’ai pas peur de vieillir à l’écran. Je me soucie surtout du rôle qu’on m’offre», lance-t-elle.

La carrière d’auteure occupant une place beaucoup plus importante dans la vie de cette artiste depuis 1998.  «Comme comédienne, je suis très souvent entourée de beaucoup de monde. J’ai besoin de ces plages de solitude. J’ai besoin d’exprimer cette voix intérieure. C’est ce que l’écriture me procure. J’ai toujours écrit, insiste-t-elle. J’ai juste entamé ma carrière d’auteure sur le tard.»

De riches rencontres

Plus que jamais, elle retire beaucoup de plaisir des invitations qu’elle reçoit pour participer aux divers festivals de films autant au Québec qu’à l’étranger. «J’adore ces échanges avec les gens. C’est très enrichissant. On leur fait voir les coulisses d’une production cinématographique. C’est un peu comme les extras sur un DVD», soulève-t-elle.

La télévision et le cinéma sont deux médiums d’expression artistique que la comédienne apprécie tout autant. «On tourne aujourd’hui les séries télé, un peu comme on le fait pour les films. La seule différence est le rythme de travail. De manière générale, on tourne moins de scènes par jour pour un film, précise-t-elle. J’ai travaillé très fort pour me faire une place dans ce milieu et je n’entends pas encore prendre ma retraite. Je suis confiante que plusieurs beaux rôles m’attendent.»

Partager cet article