Le Voyage: Une invitation au dépassement de soi

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 21 janvier 2016
Temps de lecture :

Passionné de plein air, Paul Lavoie part relever de nouveaux défis chez Tourisme Côte-Nord.

Loin d’être un simple guide technique pour le kayak de mer, «Le Voyage» est le récit d’expéditions effectuées par Paul Lavoie, de 2010 à 2015, qui a longé la rive nord du fleuve St-Laurent dans des conditions météorologiques défavorables. Des aventures qui ont profondément transformé ce Septilien d’adoption et qui l’ont rendu plus humble.     

Même s’il a de l’expérience en la matière, le conférencier a eu à faire face à un défi de taille à l’été 2014 lorsqu’il a décidé de se rendre en kayak de mer de Sept-Îles jusqu’à la Basse-Côte-Nord. «Cette expédition s’est faite dans des conditions météo peu propices. Je suis arrivé à Tête-à-la-Baleine au même moment que l’ouragan Arthur. J’ai eu à composer avec des icebergs. De plus, j’étais dans la brume complète. Étant seul, la solitude a pesé lourd. Il n’y avait là rien qui me permettait vraiment d’en profiter», avance-t-il.

Des moments marquants

Pour l’aider à poursuivre cette aventure, Paul Lavoie a rêvé à la fille de son frère, décédée à un très jeune âge, qu’il n’a pas connu, alors qu’il peinait depuis plusieurs jours à trouver le quai à Saint-Augustin. «J’ai alors rêvé à elle. Elle m’amenait vers un sentier. Ça me ramenait à moi-même. Ça m’envoyait le message que je me devais de me reprendre en main et m’accrocher, confie-t-il. Je suis convaincu que cette passion pour le kayak de mer et ce goût de l’aventure m’ont permis de faire ce deuil qui remonte pourtant en 1999.»

 «J’essaie ici de dire aux gens qu’ils peuvent tous se surpasser» – Paul Lavoie

Un autre élément qui lui a permis d’aller jusqu’au bout de ces multiples expéditions est aussi la très grande générosité des gens qu’il a rencontrés sur son parcours. «J’étais surpris de voir les gens me tendre la main aussi facilement. Il faut dire que j’arrivais à eux très vulnérable. Ils ont sûrement vite réalisé que je n’étais aucunement une menace pour eux. Ils ont compris qu’un simple geste pouvait faire toute une différence et je leur en suis très reconnaissant. J’en ai conservé certaines amitiés», soulève-t-il.

Sortir de sa zone de confort

Par cet ouvrage, l’auteur voulait inciter les gens à relever des défis personnels. «J’essaie ici de dire aux gens qu’ils peuvent tous se surpasser. L’essentiel est de se fixer un objectif et de tout faire en sorte pour l’atteindre ou s’en approcher. Je veux leur dire que ça vaut la peine d’essayer. On s’imagine parfois à tort le pire avant même de l’avoir essayé. Chaque chose que j’ai faite, je l’ai fait sur un coup de tête, indique-t-il. J’ai géré les obstacles au fur et à mesure. C’est ce que je suggère aux gens.»

Au fil de ses expéditions, il admet avoir gagné beaucoup d’humilité. «J’ai compris à quel point j’étais moins fort que le fleuve. Mon orgueil s’est noyé quelque part entre Baie-Comeau et Sept-Îles. J’ai compris que si je voulais aller au bout de mes rêves, il fallait que je le fasse pour moi-même et non pour l’image qui s’en dégage. Je vais maintenant où j’ai envie d’aller. Si j’ai fait de mon mieux, je ne peux qu’être satisfait du résultat», affirme-t-il.

Des exemplaires du livre le voyage sont disponible à la Librairie Côte-Nord de Place de Ville à Sept-Îles ou en ligne au www.paullavoie.ca. Le coût de vente est de 20$. Il est également l’auteur du livre «Le langage de l’eau», publié en 2011 par les Éditions cachalot, sa propre maison d’édition.

Partager cet article