Grève des employés de l’État: 300 syndiqués marchent sur Laure

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 09 Décembre 2015
Temps de lecture :

Des manifestants ont marché sur Laure aujourd’hui.

Plus de 6 810 syndiqués de la fonction publique étaient en grève le 9 décembre dans le cadre de la négociation de leurs conventions collectives, et ce, même si plusieurs ententes sectorielles ont été conclues dans les jours précédents le débrayage.

Après deux grèves tournantes en octobre et en novembre, les syndiqués du front commun syndical ont débrayé simultanément partout au Québec pour exiger de meilleurs salaires. Les services essentiels ont été maintenus. «On a monté ça d’un cran», a expliqué le président du conseil central de la CSN Côte-Nord, Guillaume Tremblay.

Les syndiqués de la santé, de l’éducation et de la fonction publique se sont rassemblés en avant-midi devant le centre socio-récréatif avant de marcher dans les rues de Sept-Îles et se regrouper dans le parc devant l’Hôtel de ville. Ils étaient environ 300 à marcher sur le boulevard Laure.

«Oui, c’est vrai que, à date, ç’a progressé au niveau des ententes sectorielles» – Guillaume Tremblay

Cette journée de grève est survenue alors que les négociations entre le gouvernement et ses employés avancent rondement, des ententes sectorielles ayant été conclues avec près de la moitié des syndiqués. «Oui, c’est vrai que, à date, ç’a progressé au niveau des ententes sectorielles», a reconnu Guillaume Tremblay, ce dernier affirme toutefois que les négos achoppent sur la question des salaires, alors que le gouvernement propose 3% d’augmentation sur 5 ans.

«La plus grande revendication du front commun (c’est la question salariale). Parce qu’il y a un rattrapage à faire au niveau salarial en comparaison au privé», a mentionné M. Tremblay. Les syndiqués souhaitent aussi garder intact leurs fonds pension qui est capitalisé à 98%, selon le président du conseil central. Ce dernier s’est gardé de dire s’il s’attendait à une loi spéciale. «Nous, on n’est pas là. On veut un règlement négocié. Tout le monde va être gagnant», a-t-il affirmé.

 


Partager cet article