Gel dans la fonction publique : Québec meilleure mine s’inquiète pour le développement nordique

Par 12:00 AM - 29 avril 2014
Temps de lecture :

La coalition Québec meilleure mine est d’avis que le gel dans la fonction publique, annoncé par le nouveau gouvernement libéral, nuira au développement responsable du Nord et des ressources. L’organisation dénonce le manque de moyens des ministères concernés.

Québec meilleure mine dit s’inquiéter des coupures dans la fonction publique, annoncées par le gouvernement libéral. «Les ministères des Ressources naturelles et de l’Environnement sont déjà à bout de souffle, manquent d’expertise, et n’ont plus assez de personnel pour faire le suivi et la surveillance des projets du territoire», a souligné Ugo Lapointe, porte-parole de la coalition, via communiqué.

Le groupe avance que les incidents environnementaux se multiplient, que les risques pour la santé et la sécurité augmentent et qu’en revanche, le contrôle des redevances est insuffisant. «Tout cela risque de nous coûter très cher à moyen terme», a-t-il prévenu.

Loi peu sévère
La coalition croit que la surveillance et l’application des normes représentent des lacunes de la nouvelle réforme du secteur minier. Elle déplore qu’aucune «réelle pénalité» n’ait été imposée aux compagnies fautives en matière de déversement minier, alors que la dette en restauration des sites abandonnés se chiffre à 1,2 milliard de dollars, selon l’organisation.

Alors qu’elle dit constater que les activités minières ont triplé depuis dix ans, la coalition parle de budgets en diminution pour les ministères des Ressources naturelles et de l’Environnement. Elle rappelle que le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec avait dénoncé le manque de personnel et l’effritement de l’expertise dans l’encadrement des mines québécoises, en 2013.

«Il faut revoir l’actuel système «d’autosurveillance» des minières et renforcer de toute urgence la capacité des ministères responsables par l’embauche de personnel de surveillance. Le développement responsable du Nord et des ressources en dépendent», a martelé Ugo Lapointe.

(Photo: archives)

Partager cet article