Départs en bloc au Parti québécois : Lorraine Richard réagit

Départs en bloc au Parti québécois : Lorraine Richard réagit

Lorraine Richard

Lorraine Richard affirme qu’elle ne fléchit pas dans ses intentions de continuer aux prochaines élections, suite aux multiples annonces de départs au sein du Parti québécois.

Plusieurs députés ont annoncé mardi qu’ils ne solliciteront pas de nouveau mandat lors de la prochaine élection, le 1er octobre prochain.

Le départ d’Agnès Maltais s’ajoute à ceux d’Alexandre Cloutier, Nicole Léger et François Gendron qui ne se représenteront pas non plus aux prochaines élections. Les députés Nicolas Marceau et Claude Cousineau sont quant à eux toujours en réflexion.

Selon Lorraine Richard, députée de Duplessis, le fait que l’on ait pour la toute première fois des élections à date fixe au Québec est ce qui pourrait expliquer les annonces de départs en bloc. «C’est certain que de savoir à l’avance la date, ça nous laisse le temps de plus penser si on se présente à nouveau. Tout le monde a ce questionnement-là à l’approche d’une élection», a-t-elle commenté.

De lourdes charges

Agnès Maltais cumulait plus de 20 ans de service en politique. «Ça n’a pas de rapport avec les intentions de vote, on serait à 45% dans les sondages et je partirais. C’est vraiment parce que ça fait 20 ans. Je suis brûlée de cette vie intense, brûlée» a expliqué Mme Maltais, en conférence de presse mardi.

C’est en effet un train de vie particulier que d’être député, selon Lorraine Richard. «Être député, c’est une tâche à temps plein avec de lourdes charges. Ça va bien au-delà de ce que les gens voient pendant la période de questions à l’Assemblée nationale. Ça demande entre autres beaucoup de sacrifices au niveau de la famille. Je respecte leur choix, mais ça me fait de la peine, ce sont des collègues que j’appréciais beaucoup», a-t-elle confié.

Un autre mandat

Alexandre Cloutier, quant à lui, attribuait les raisons de son départ à «la partisanerie [qui] banalise nos institutions tue l’esprit d’initiative et divise inutilement. Ça prend des raisons qui viennent nous chercher au plus profond de nous-mêmes pour continuer à exercer cette fonction», disait-il en point de presse.

La motivation et les raisons de continuer, la députée de Duplessis assure ne pas les avoir perdues. «Moi, j’ai toujours cette passion qui m’anime et j’ai le goût à nouveau de servir les citoyens. Je vais me représenter c’est certain le 1er octobre prochain», a-t-elle assuré.

Cela fera 15 ans en avril qu’elle représente la circonscription de Duplessis sous la bannière du Parti québécois.

De nouvelles candidatures seront annoncées au Parti québécois, entre autres celles de Nathalie Leclerc, fille de Félix Leclerc, dans Charlevoix. «Peut-être qu’il y en aura d’autres des départs, mais on attend des nouvelles candidatures. À chaque élection, ça arrive des départs, dans tous les partis, et c’est bien qu’ils l’aient fait maintenant. Mais nous, on le savait à l’interne qu’ils étaient en réflexion. En tout cas, on aura 125 députés aux prochaines élections c’est certain», a dit Mme Richard.