Ann-Sophie Bettez avait hâte de jouer 

Par Sylvain Turcotte , Sylvain Turcotte 3:55 PM - 6 Décembre 2023
Temps de lecture :
Photo Facebook PWHL Montréal

Ann-Sophie Bettez lors d’une pratique de l’équipe de Montréal de la nouvelle ligue professionnelle de hockey féminin.

Il faut remonter au mois de mars pour le dernier « vrai » match d’Ann-Sophie Bettez. C’est bien beau les pratiques, mais il reste que c’est plus plaisant jouer.

L’attaquante de la formation montréalaise de la nouvelle ligue professionnelle de hockey féminin (PWHL/LHPF) se trouve au Utica, dans l’État de New York, cette semaine. Trois matchs hors-concours étaient à l’horaire entre lundi et jeudi pour chacun des clubs. 

« Ça va donner un avant-goût de ce que ça aura l’air », a fait savoir la Septilienne, vendredi, en entrevue au Nord-Côtier

À deux jours du départ, Ann-Sophie Bettez avait mentionné qu’elle avait hâte de jouer des parties. « On veut jouer. Ça fait longtemps qu’on pratique. C’est ça qui est le fun, jouer ! » 

Ces parties permettront au personnel de réduire l’effectif à 23 joueuses (+ 2 sur la liste de réserve), pour la saison régulière qui s’amorcera le 2 janvier à Ottawa. 

Parole d’Ann-Sophie Bettez, qui a signé un contrat d’un an, elle ne pense pas que sa place soit en danger.

Le début de la saison est aussi attendu par la Septilienne. Elle a le désir de voir comment ça va se concrétiser. « Ça va être une année d’apprentissage, une saison écourtée (24 matchs + Séries de janvier à juin). D’année en année, ça ne va que s’améliorer. »

Le premier match à domicile sera disputé le 13 janvier contre Boston. 

La vétérante

La hockeyeuse de 5’4« mentionne être arrivée en forme au camp, à la mi-novembre. Elle a eu de bons résultats lors des tests physiques. « Je me sens bien sur la glace. »

À 36 ans, la femme originaire de Sept-Îles est la vétérante de l’équipe et la plus âgée de la ligue.

Elle joue déjà un rôle de leadership et prend sous son aile certaines de ses coéquipières.  

Elle a appris à connaître les nouvelles joueuses. 

« C’est important qu’il y ait une chimie à l’extérieur le plus rapidement possible, pour transposer ça sur la glace. Ça va nous aider. »

« Je dois être là pour les plus jeunes, qu’elles ne sentent pas insécures, vu qu’elles ne sont pas à la maison, les épauler. Avec des groupes de leaders, si on se lie à plusieurs, ça sera la clé », a-t-elle assuré.

Ce qu’elle voit à l’entraînement lui permet de dire que l’équipe sera rapide.

« On va mettre de la pression sur l’adversaire et on va être capable de marquer des buts. On a deux bonnes gardiennes, avec Ann-Renée Desbiens et Elaine Chuli et des défenseures offensifs. 

Ann-Sophie Bettez souligne que tout se passe bien dans l’environnement de la formation de Montréal, que ce soit pour les entraînements hors glace, les pratiques et les séances vidéo. 

« On est bien encadrées depuis qu’on est là. C’est structuré. »

Tout ça à même l’Auditorium de Verdun, le Centre de haute performance 21.02 mis sur pied par Danièle Sauvageau. Elle est d’ailleurs la directrice générale de l’équipe de Montréal.  

L’attaquant, qui a évolué avec la Force de Montréal (défunte ligue PHF) l’an dernier, mentionne que son nouveau club a une longueur d’avance sur les autres concessions de la LHPF, avec les installations déjà en place. Le club disputera aussi quelques-unes de ses parties du calendrier régulier à la Place Bell à Laval.

Partager cet article