Marilou Vanier se dit déçue et surprise du résultat dans Duplessis

Par Sylvain Turcotte 9:59 PM - 03 octobre 2022
Temps de lecture :

Malgré une tristesse de la défaite, Marilou Vanier garde le sourire.

« J’y croirai quand je le verrai », des propos de la candidate du Parti québécois dans Duplessis, Marilou Vanier, au sujet de ses attentes face à la Coalition avenir Québec, couronnée dans le comté.

Marilou Vanier s’est évidemment dit déçue du résultat, et surprise aussi par l’écart de près de 20% avec la nouvelle députée élue, Kateri Champagne Jourdain.

« Il y a tellement de facteurs qui jouaient sur cette élection. Il était difficile de prédire le vote », a-t-elle mentionné en entrevue avec Le Nord-Côtier. « Jeff (Dufour-Tremblay pour René-Lévesque) et moi n’avons ménagé aucun effort. »

Le Parti québécois était en poste dans Duplessis depuis 1976 avec le premier mandat de Denis Perron, suivi en 1997 de Normand Duguay et depuis 2018 par Lorraine Richard.

Mme Vanier soutient que sur le terrain la flamme souverainiste est bien vivante.

La candidate défaite souhaite que la CAQ saura répondre aux attentes des gens de la Côte-Nord, aux promesses avancées et qu’elle comprendra les enjeux de la région.

Mme Vanier entend s’assurer avec le PQ que les besoins des Nord-Côtiers trouveront réponses.

« Pour les quatre prochaines années, on va les (la CAQ) surveiller et les talonner. » Malgré la défaite du château fort, le PQ n’entend pas baisser les bras sur la Côte-Nord. « On va revenir plus fort quand les gens vont déchanter de la CAQ. »

Elle félicite ses collègues Pascal Bérubé (Matane-Matapédia) et Joël Arseneau (Îles-de-la-Madeleine), tous deux élus dans leur comté.  Elle a aussi remercié entre autres l’ancien député de Manicouagan Ghislain Fournier, la femme de feu Denis Perron ainsi que Marilène Gill, Jeff Dufour Tremblay et Lorraine Richard pour leur soutien.

Dans son discours, Mme Vanier a mentionné être fière de voir une première Innue élue sur la Côte-Nord en Mme Jourdain. Elle a toutefois signifié qu’elle n’appuyait pas la vision de la CAQ.

Partager cet article