COVID-19 : au moins sept cas de variants sur la Côte-Nord

Par Steeve Paradis 11:40 AM - 05 avril 2021
Temps de lecture :

On le sait depuis la fin de la semaine dernière, mais la chose est maintenant clairement confirmée. La Côte-Nord est touchée à son tour par les variants de la COVID-19. Au moins sept cas seraient reliés à cette nouvelle souche, et il faut en anticiper d’autres dans les prochains jours.

« La situation est préoccupante, car les variants ont été détectés dans trois MRC », a lancé le médecin conseil en santé publique au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, le docteur Richard Fachehoun, lors du point de presse de l’organisation lundi.

Selon le Dr Fachehoun, tout porte à croire pour l’instant qu’on aurait ici affaire au variant britannique de la COVID-19, mais ce sera confirmé mardi ou mercredi, à la fin des tests de criblage. Sur les sept cas de variants minimum, on en retrouverait quatre en Haute-Côte-Nord, deux dans la Manicouagan et un dans Caniapiscau.

On compte au total 16 nouveaux cas d’infection dans les trois derniers jours, ce qui porte le total régional à 374 depuis le début de la pandémie. Actuellement, 15 cas sont considérés comme actifs et une personne est hospitalisée.

Le médecin conseil se dit particulièrement inquiet de la situation en Haute-Côte-Nord, où on rapporte des cas en provenance d’un bar, d’un groupe-classe d’une école secondaire et d’un milieu sportif. Les risques de propagation sont donc assez grands. « Dans la Manicouagan, c’est plus circonscrit », a-t-il indiqué.

Le déplacement de Nord-Côtiers dans d’autres régions serait principalement mis en cause dans l’arrivée des variants, dit croire le Dr Fachehoun. « Et ce n’est pas le temps d’organiser des partys », a-t-il ajouté à propos de l’autre méthode privilégiée par le coronavirus pour s’étendre.

« Nous sommes privilégiés d’être au palier jaune », a enchaîné le médecin conseil, en rappelant que les rassemblements privés sécuritaires de deux familles sont permis en zone jaune, « mais pas plus qu’un rassemblement aux cinq à sept jours ».

Partager cet article