Au tour des enseignants de dénoncer le PL40

Par Nicolas Dupont 3:42 PM - 01 novembre 2019
Temps de lecture :

La présidente du syndicat de l’enseignement de la région du fer-CSQ, Monica Chiasson (à droite) en compagnie de la présidente de la FSE, Josée Scalabrini.

Le Syndicat de l’enseignement de la région du fer-CSQ dénonce le projet de loi 40 sur la gouvernance scolaire. Pour la présidente du syndicat, Monica Chiasson, la réforme proposée dévalorise le travail des enseignants et leur impose des éléments d’un ordre professionnel.

« Si ce projet de loi voulait nous valoriser, il rate complètement sa cible. Il dilue nos droits et tente de faire des enseignants des exécutants et des pantins qui ont de moins en moins de prises pour exercer leur jugement professionnel », a affirmé Mme Chiasson.

En effet, le projet de loi modifie plusieurs articles de la Loi sur l’instruction publique qui touche directement au travail des enseignants. Sept points majeurs ont été identifiés comme problématique par le syndicat.

Par exemple, il donne le pouvoir à une direction d’école de majorer les notes d’un élève pour des motifs raisonnables. Ou encore, le ministre pourra désigner quelles formations les professeurs doivent suivre.

« Le projet de loi ne précise pas ce qu’est un motif raisonnable pour faire passer un élève. Et ce n’est pas qu’on ne veut pas être formé. On veut que les formations correspondent à nos besoins », précise la présidente du syndicat.

Comme plusieurs, Mme Chiasson perçoit la réforme des commissions scolaires comme un exercice de concentration des pouvoirs entre les mains du ministre. Elle craint également que plusieurs mesures ne prennent pas en compte les réalités, parfois très complexes, du terrain.

« Le projet de loi a des conséquences directes sur le quotidien des enseignants. Mais comme un peu tout le monde, je crois qu’ils ne voient pas encore l’ampleur des conséquences. On va se faire entendre en commission prochainement. Je crois qu’on va devoir se mobiliser », conclut Mme Chiasson.

La Fédération des syndicats de l’enseignement sera entendue jeudi prochain en commission parlementaire jeudi prochain.

Partager cet article