La desserte aérienne de la STQ se conclut abruptement

Par Sandro Célant 10:15 AM - 01 août 2019
Temps de lecture :

Baie-Comeau – La desserte aérienne mis en place par la Société des traversiers du Québec (STQ) a pris fin de façon abrupte, mercredi, alors que l’avion est demeuré au sol en raison d’un autre bris mécanique.

Initialement, quatre vols étaient prévus au cours de cette dernière journée de service de la navette reliant les aéroports de Mont-Joli, Baie-Comeau et Sept-Îles.

« La journée a débuté par la brume, qui a empêché l’avion de voler. Confiants de rétablir la situation, les gens de la compagnie aérienne nous ont ensuite avisé qu’un bris avait été signalé », a expliqué Julie Drolet, porte-parole de la STQ.

Sans connaître les détails relatifs à ce bris, la responsable a ensuite appris, vers 18 h, que les réparations effectuées n’étaient pas assez concluantes pour remédier à la situation, forçant ainsi l’annulation des vols.

« De notre côté, nous étions dépendants de la compagnie aérienne et nous n’avions pas vraiment de contrôle. On est resté en contact et on s’est occupé de veiller sur notre clientèle afin de l’accommoder du mieux possible », a ajouté Mme Drolet

Facture de 4,5 M$

Mis en place afin de pallier aux nombreux pépins signalés à la traverse Matane/Baie-Comeau/Godbout durant les derniers mois, le service de navette aérienne a également connu sa part de rebondissements avec des bris d’avion lors de la première et la dernière journée.

En bout de ligne, ce service alternatif aura compilé une facture globale estimée à 4,5 M$. Environ 900 vols ont été effectués entre les trois aéroports entre le 21 décembre 2018 et le 30 juillet.

Près de 30 000 passagers ont profité de ce service d’appoint qui, malgré l’entrée en scène du Saaramaa I, avait été prolongé de quelques semaines supplémentaires en raison du fort achalandage touristique.

Partager cet article