Une lutte serrée menée dans Duplessis

Par Emy-Jane Déry 12:00 AM - 02 octobre 2018
Temps de lecture :

Après une lutte serrée contre la libérale Laurence Méthot en 2014, Lorraine Richard a répété l’expérience cette fois avec Line Cloutier de la Coalition avenir Québec. Moins d’une centaine de voix ont séparé les deux candidates pendant plusieurs heures de la soirée électorale.  

C’était le calme plat au Centre des congrès lorsque le dépouillement des votes a commencé. La CAQ affichait d’abord une avance dans le comté, tandis qu’on annonçait un gouvernement caquiste majoritaire mené par François Legault.

Le directeur général des élections a éprouvé des difficultés dans le comté pour le dévoilement des résultats qui s’est fait attendre jusqu’à minuit trente. Lorraine Richard l’a emporté avec 126 voix de majorité.

Classe à part dans l’Est

Le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, a été défait dans son propre comté lundi soir. C’était le silence total au Centre des congrès lorsqu’il a prononcé son discours, peu avant 23h. La quarantaine de militants péquistes réunis sur place l’écoutaient attentivement.

Si ailleurs dans la province le PQ s’est affaibli, il en est autrement dans l’Est-du-Québec où l’on retrouve la majorité des neuf péquistes élus. Vers 21h, Martin Ouellet a été déclaré vainqueur dans le comté voisin de René-Lévesque. Il en va de même pour Pascal Bérubé de l’autre côté du fleuve.

Impliquée, peu importe le résultat

Line Cloutier s’est dite très fière de sa campagne et a déclaré qu’il s’agissait pour elle d’une «victoire», peu importe le résultat final.

«Les gens de Duplessis ont envoyé un message très fort par rapport à leur volonté d’avoir du changement et à leur volonté aussi d’avoir une représentante qui fasse partie du gouvernement élu.»

«Ce que je veux dire aux gens de Duplessis, c’est qu’avec un gouvernement majoritaire de la Coalition Avenir Québec, je serai là pour les représenter indépendamment du résultat. Je serai leur porte-parole auprès de François Legault et de la Coalition Avenir Québec», a-t-elle ajouté.

La soirée a débuté calmement au rassemblement de la Coalition Avenir Québec à l’Hôtel des Gouverneurs. Les militants n’avaient pas encore fini de souper lorsque Radio-Canada et TVA ont annoncé que la CAQ formerait le prochain gouvernement majoritaire.

Une quinzaine d’entre eux se sont ensuite regroupés pour suivre attentivement le dépouillement des votes de la chaude lutte entre leur candidate Line Cloutier et la députée péquiste sortante Lorraine Richard.

Le directeur de campagne de Line Cloutier, Michel Gignac, disait espérer que son poulain serait élu.

«Elle mériterait et on mériterait d’avoir une députée au pouvoir pendant quatre ans. Je suis sûr que Line ferait énormément pour le comté. Elle une capacité extraordinaire», a-t-il déclaré.

«On espère qu’elle soit là, mais d’après moi ça va prendre la dernière boîte de scrutin pour le savoir et je ne sais pas à quelle heure on va l’avoir», a-t-il prophétisé.

Fin de carrière pour Laurence Méthot ?

Laurence Méthot a annoncé qu’elle ne croit pas continuer sur le chemin de la vie politique. Au moment de mettre sous presse, elle était troisième et avait récolté un peu plus de 17% des votes.  Après 20 années dans le domaine, elle a toutefois dit vouloir continuer à «être au service des autres».

«Je vais y réfléchir, mais je crois bien que c’est terminé pour moi. Je ne sais pas si demain je changerai d’avis par contre, parce que je suis une femme engagée, qui a toujours été au service des autres. Je vais commencer par prendre une bonne semaine pour relaxer», a-t-elle assuré, lundi soir.

La candidate a eu une dure fin de campagne. Avec quatre de ses proches qui ont eu l’annonce d’un cancer, elle soutient avoir besoin maintenant de prendre du temps avec eux.

Ce sont trois défaites politiques de suite pour Laurence Méthot.

«Je suis déçue, parce que sur le terrain les gens me disaient qu’ils voulaient se débarrasser de la députée du PQ. Ce n’est pas du tout ce que montrent les résultats par contre».

Devant une vague bleu clair à l’échelle du Québec, elle s’est dite inquiète pour l’avenir du Québec et croit que l’incertitude pourrait gagner les régions avec un gouvernement caquiste. La CAQ a d’ailleurs pris une bonne partie des voix qui auraient pu lui revenir, selon elle.

-Avec Mathieu Morasse et Jean-Christophe Beaulieu

Partager cet article